International

L'Equateur semble prêt à mettre fin à l'asile de Julian Assange, fondateur de la plateforme WikiLeaks, et de l'expulser de son ambassade à Londres. Le président équatorien Lenin Moreno, qui s'est rendu vendredi dans la capitale britannique, négocie en ce sens avec les autorités britanniques, rapporte le magazine en ligne The Intercept samedi.

Selon le média, qui cite des sources au sein du ministère des Affaires étrangères et du cabinet du président Moreno, un accord est prêt et pourrait être mis en oeuvre dans les prochaines semaines. Le sort de Julian Assange dépend donc des garanties négociées entre l'Equateur et le Royaume-Uni. 

L'Australien de 46 ans avait trouvé asile en juin 2012 dans l'ambassade d'Équateur pour échapper à une extradition vers la Suède où il était recherché depuis fin 2010 pour des accusations de viol et d'agression sexuelle qu'il niait. 

Il craint, en cas d'arrestation, d'être extradé et jugé aux États-Unis pour la publication par WikiLeaks en 2010 de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.