International

Toute l'actualité africaine sur La Libre Afrique.

La rupture d'un barrage dans le centre du Kenya mercredi soir a fait au moins 32 victimes, emportées dans leur sommeil par les eaux boueuses et tumultueuses en pleine saison des pluies qui a fait près de 160 morts depuis mars dans le pays. Mercredi vers 21H00, le barrage de Solai, situé près de la ville de Nakuru, à environ 160 km au nord de Nairobi, a cédé et ses eaux ont balayé les modestes habitations de cette zone rurale.

Toute la nuit, les services de secours, Croix-Rouge kényane en tête, ont été à pied d'oeuvre pour mettre à l'abri les rescapés et récupérer les victimes.

"En l'état, nous avons 32 personnes tuées et plusieurs portées disparues", a déclaré à l'AFP Gideon Kibunjah, responsable policier régional, révisant à la hausse un précédent bilan de 27 morts.

"C'est une catastrophe car la plupart des habitants étaient endormis quand la tragédie s'est produite et leurs maisons ont été emportées" par les eaux, a-t-il ajouté.

Au moins 36 personnes ont par ailleurs été admises dans des établissements médicaux de la région.

D'après plusieurs sources locales interrogées par l'AFP, le barrage était utilisé pour l'irrigation des fermes environnantes et entouré d'habitations de fortune d'ouvriers agricoles employés dans ces exploitations.