International

L'opposition kényane a rejeté mercredi et qualifié de "fictifs" les résultats provisoires de l'élection présidentielle donnant son candidat Raila Odinga nettement devancé par le chef de l'État sortant, Uhuru Kenyatta.

"Le système a échoué. Nous rejetons les résultats (publiés) jusqu'à présent", a déclaré M. Odinga, s'adressant à la presse très tard dans la nuit.

En amont du scrutin, qui a donné lieu au déploiement sans précédent de plus de 150.000 membres des forces de sécurité, de nombreux observateurs kényans et internationaux avaient exprimé des craintes de troubles à l'annonce des résultats de la présidentielle. Car dix ans après les pires violences électorales de l'histoire du pays, la campagne 2017 a été acrimonieuse, l'opposition n'ayant eu de cesse d'accuser le camp présidentiel de préparer des fraudes.

Sur près de 13 millions de votes exprimés comptabilisés par la commission électorale (IEBC), sur 19,6 millions d'électeurs inscrits, le président Kenyatta, au pouvoir depuis 2013, était crédité de 54,89% des voix contre 44,28% à M. Odinga, qu'il devançait de près de 1,3 million de voix.

La coalition d'opposition (Nasa) reproche à la commission électorale (IEBC) de ne pas lui communiquer les procès-verbaux susceptibles de corroborer les résultats transmis électroniquement et diffusés sur le site internet de la commission. M. Odinga a également accusé la commission électorale d'avoir interdit à ses agents de scanner les procès-verbaux dans certains bureaux de vote.

L'IEBC a indiqué qu'un des deux camps lui avait demandé de cesser la diffusion régulière des résultats partiels. Elle a refusé par souci de "transparence et de responsabilité envers les électeurs et le peuple kényan".

Vétéran de la politique kényane et candidat pour la quatrième fois à la présidentielle, M. Odinga avait crié à la fraude en 2007 à l'annonce de la réélection du président Mwai Kibaki. Le Kenya avait alors plongé dans deux mois de violences politico-ethniques et de répression policière, qui avaient fait au moins 1.100 morts et plus de 600.000 déplacés.

Ferveur démocratique 

En 2013, M. Odinga avait dénoncé des fraudes après la victoire dès le premier tour de M. Kenyatta, en s'appuyant sur la faillite du système électronique. Il avait saisi la Cour suprême, qui avait tout de même validé les résultats.

Mercredi, le secrétaire-général du parti au pouvoir, Jubilee, a rejeté les accusations de l'opposition. "Je ne m'attends pas à autre chose de la part de Nasa", a soutenu Raphael Tunju.

Pour l'emporter dès le premier tour, un candidat doit obtenir la majorité absolue et plus de 25% des voix dans au moins 24 des 47 comtés du pays.

Le taux de participation n'a pas été communiqué par l'IEBC. Six autres petits candidats étaient en lice dans cette élection et leurs voix ne pesaient pas plus d'1% au total, toujours selon les résultats partiels de la Commission électorale.

Les opérations de vote se sont toutefois déroulées dans le calme mardi. Dès les premières heures du jour s'étaient formées de longues files d'attentes attestant d'une ferveur démocratique que les accusations de fraudes lors des précédentes élections n'avaient pas entamée.

Hormis une vingtaine de bureaux de vote dans la région du Turkana (nord-ouest) rendus difficilement accessibles par d'importantes précipitations, ainsi que des retards à l'ouverture, le vote s'est passé sans encombre dans la plupart des 41.000 bureaux.

Surtout, malgré quelques problèmes localisés liés à l'identification biométrique des électeurs, le système électronique a semble-t-il fonctionné normalement, contrairement à ce qui s'était passé il y a quatre ans.

L'opposition, qui n'avait pourtant pas ménagé ses critiques à l'encontre de l'IEBC lors de la campagne, s'était même dite dans un premier temps "largement impressionnée" par son travail.

Accepter la volonté du peuple 

Les Kényans devaient aussi élire leurs députés, gouverneurs, sénateurs, élus locaux et représentantes des femmes à l'Assemblée.

Mais c'est bien la présidentielle qui suscitait le plus de passions, elle qui oppose le fils du premier président du Kenya indépendant, Jomo Kenyatta, et le fils de Jaramogi Oginga Odinga, brièvement vice-président avant d'être écarté du pouvoir par Jomo.

Les sondages, quelque peu discordants, avaient annoncé un duel serré.

Les deux hommes s'étaient dits confiants en leur victoire, après avoir voté mardi. "Si je perds, j'accepterai la volonté du peuple", avait toutefois ajouté M. Kenyatta, invitant son adversaire à en faire autant.

Le vote au Kenya se joue plus sur des sentiments d'appartenance ethnique que sur des programmes, et MM. Kenyatta (un Kikuyu) et Odinga (un Luo) avaient mis sur pied deux puissantes alliances électorales.

M. Kenyatta, 55 ans, et son vice-président William Ruto (un Kalenjin) avaient mis en avant leur bilan économique: depuis 2013, le pays a aligné des taux de croissance à plus de 5% et développé ses infrastructures, dont la nouvelle ligne ferroviaire entre Nairobi et le port de Mombasa, sur l'océan Indien.

Raila Odinga avait dénigré ce bilan et s'était de nouveau posé comme le garant d'une croissance économique mieux partagée.