International Kim Jong-un à Séoul pour un nouveau rendez-vous "historique", tandis que les deux États proposent de coorganiser les JO de 2032.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a annoncé mercredi une prochaine visite historique à Séoul et accepté de fermer devant des inspecteurs internationaux un site d’essai de missiles, à l’occasion d’un sommet intercoréen à Pyongyang. 

Lors de leur troisième réunion depuis avril, M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in n’ont cependant fait état que de progrès limités sur la question cruciale de la dénucléarisation, alors même que le Sud-Coréen allait à Pyongyang pour tenter de débloquer les négociations entre le Nord et les États-Unis. 

Consolidant leur rapprochement, les deux dirigeants ont néanmoins annoncé leur volonté de faire acte de candidature commune à l’organisation des Jeux olympiques de 2032. Ils sont également convenus d’initiatives bilatérales comme l’organisation régulière de réunions de familles divisées par la guerre de Corée (1950-53), et de travailler pour connecter leurs réseaux routiers et ferrés.

Ces accords sont "porteurs de l’espérance du peuple et de son désir intense de réunification", a souligné Kim Jong-un. Son voyage à Séoul serait la première visite d’un dirigeant du Nord dans la capitale sud-coréenne depuis la fin de la guerre. 

Cette visite pourrait intervenir cette année, à moins de "circonstances particulières" et constituera "une étape monumentale pour les relations intercoréennes", a précisé M. Moon. Selon leur déclaration conjointe, le Nord a accepté de "fermer de façon permanente" le site de tests de moteurs de missile et le pas de tirs de Tongchang-ri, "en présence d’experts des nations concernées". Reste à voir si cette mesure sera suffisante pour relancer les négociations de plus en plus compliquées sur le nucléaire.

Lors de sa rencontre en juin avec le président américain Donald Trump à Singapour, M. Kim avait réitéré un engagement nord-coréen vague en faveur de la dénucléarisation de la péninsule. Mais Washington et Pyongyang divergent sur le sens de cet engagement.