International

L'administration Trump a annoncé mardi qu'elle allait accorder une aide financière substantielle aux agriculteurs affectés par les représailles aux tarifs douaniers. Le secrétaire américain à l'Agriculture, Sonny Perdue, a indiqué que 12 milliards de dollars d'aide seraient accordés aux agriculteurs mis en difficulté par "les représailles tarifaires illégales".

Ces versements sont notamment destinés aux producteurs de soja, de porc, de fruits, de riz et de lait visés par les taxes douanières imposées par les partenaires commerciaux des Etats-Unis, en représailles des taxes douanières américaines. Avec cette aide financière, l'administration Trump semble concéder pour la première fois que sa stratégie d'escalade dans les droits de douane non seulement avec la Chine mais encore avec l'Union européenne, le Canada et le Mexique, a un effet négatif sur certains producteurs américains.

Le plan de soutien de 12 milliards de dollars inclut une assistance directe aux fermiers ainsi qu'un programme d'achat de la production et une aide à promouvoir sa distribution. Cette initiative "montre que les autres nations ne peuvent malmener nos producteurs agricoles et forcer les Etats-Unis à se soumettre", a déclaré le secrétaire à l'Agriculture de Donald Trump. "Les autres nations devraient cesser leur mauvais comportement et ne pas appliquer des représailles tarifaires illégales", a-t-il ajouté.

Tout en prenant acte de l'aide de 12 milliards de dollars, la National Farmers Union, une des principales organisations d'agriculteurs, a appelé le gouvernement à "faire davantage pour apporter une solution durable aux dommages à long terme que provoque de la guerre commerciale". "Ce sont les moyens de subsistance (des agriculteurs) qui sont en jeu avec chaque tweet, chaque menace ou déclaration de tarifs douaniers venant de la Maison Blanche", a réagi la fédération agricole dans un communiqué. Depuis la mise en place des tarifs douaniers ces derniers mois, la perte de revenus pour les agriculteurs s'est élevée à 11 milliards de dollars, selon le ministre, 13 milliards, selon la profession.