International Selon L'express, l'homme qui a insulté et lancé les tracts au visage de Nathalie Kosciusko-Morizet va être jugé en comparution immédiate ce lundi après-midi.

L'agresseur présumé sera jugé pour "violences ayant entraîné une incapacité totale de travail inférieur à 8 jours sur personnes chargées d'une mission de service publique" et pour "outrage".

Il a reconnu avoir insulté la politicienne mais nie l'avoir touchée. Il a été placé en garde à vue jusqu'à aujourd'hui. A la veille du second tour, le maire de Champignolles dans l'Eure s'est rendu de lui-même à la police pour avouer une partie des faits. En effet, l'homme avait eu une altercation jeudi dernier qui avait provoqué la chute et l'évanouissement de l'ancienne ministre sur un marché de Paris où elle était en campagne électorale.

"Il a passé toute la journée de vendredi à Champignolles. Le soir, il a dit à des collègues qu'il devait remonter sur Paris parce qu'il était convoqué à la police. Et il leur a expliqué pourquoi", a raconté au Parisien un colistier de l'intéressé.