International "En classe c’est trop facile le français, ici c’est plus dur. En ce moment, j’apprends les verbes et les couleurs : jaune, orange, rouge, rose, noir, blanc, gris…”. Tout en mâchonnant son crayon, Veronica, une élève de dix ans, explique en détail ce qu’elle apprend dans son école publique de Séville et ce que lui apporte l’académie privée dans laquelle elle est inscrite pour prendre des cours de français supplémentaires. Comme elle, la majorité des 570 000 élèves qui étudient dans les écoles primaires andalouses ont découvert le français cette année, mais la mesure avait déjà été partiellement mise en place dès la rentrée 2016.


> Le français, une nouvelle alternative pour les jeunes ?

> Des instituteurs obligés d'apprendre le français

> Une mise en place compliquée

Reportage en Espagne.