International

Premier pape venu du continent américain, l'Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu mercredi soir à la surprise générale pour succéder à Benoît XVI après sa démission historique le 28 février.

L'archevêque de Buenos Aires a choisi le nom de François, qui sera porté pour la première fois par un souverain pontife. Agé de 76 ans, il est également le premier jésuite à monter sur le trône de Saint Pierre.

Après la formule "Habemus papam" prononcée par le cardinal français Jean-Louis Tauran, le 266e pape de l'histoire est apparu au balcon pour sa première bénédiction urbi et orbi.

"Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde", a-t-il plaisanté, avant de prier pour son prédécesseur et d'appeler à la "fraternité" au sein de l'Eglise.

Une immense clameur a retenti Place Saint-Pierre lors de l'émission de la fumée blanche signalant son élection à 19H05, avec des cris de joie poussés par une foule nombreuse qui brandissait des drapeaux et scandait "habemus papam" et "viva il papa", pendant que les cloches sonnaient à toute volée.

Gardes suisses et membres d'autres forces armées se sont aussitôt déployés en fanfare devant la basilique, juste sous la loggia centrale. Une foule grossissant à vue d'oeil et constellée de parapluies a envahi la place, brandissant banderoles et drapeaux à la gloire du Saint-Siège. Les cloches des églises romaines ont aussi retenti, accompagnées de concerts de klaxon.

Cette élection met un point final à quatre semaines inédites et mouvementées, depuis l'annonce surprise le 11 février par Benoît XVI de sa renonciation à l'âge de 85 ans --une première en sept siècles, depuis celle du pape moine Célestin V.

Un pape issu de l'Amérique latine, qui compte plus de 40% des catholiques du monde

François Ier, élu pape mercredi, est issu de l'Amérique latine, qui compte plus de 40% des quelque 1,2 milliard de catholiques dans le monde.

Selon une récente enquête du Pew Research Center sur les religions dans le monde, l'Amérique latine, malgré une nette progression des églises protestantes (évangélistes et pentecôtistes) et une perte de vitesse du catholicisme, notamment au Mexique, reste la partie du monde comptant le plus de catholiques, avec 432 millions. Environ trois habitants d'Amérique latine sur quatre se disent catholiques.

Le Brésil, avec ses quelque 134 millions de fidèles, reste le plus grand pays catholique du monde, mais leur nombre est en diminution depuis les années 1970 où ils représentaient 92% de la population contre 68% aujourd'hui, en raison notamment de la forte progression des croyants évangéliques.

Juste après le Brésil viennent le Mexique (96 millions de catholiques, 85% de la population) et la Colombie (38 millions, 82% de la population). L'Argentine, pays du nouveau pape, se classe 4e avec 31 millions de fidèles, soit un peu plus de 75% de la population.

Suivent, parmi les principaux pays, le Pérou (24 millions), le Venezuela (22,5 millions), le Chili et l'Equateur (12 millions chacun).

Pape François: "Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde"

"Il semble que les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde", a déclaré mercredi soir le pape François, l'Argentin Jorge Mario Bergoglio, dans ses premiers mots depuis le balcon de la basilique Saint-Pierre, suscitant l'enthousiasme des dizaines de milliers de fidèles et curieux rassemblés Place Saint Pierre.

Agé de 76 ans, ce premier pape du continent américain et premier jésuite à devenir chef de l'Eglise, a appelé à prier pour son prédécesseur Benoît XVI, qui avait démissionné le 28 février en invoquant son âge avancé et l'affaiblissement de ses forces.

"Prions pour que le Seigneur le bénisse et pour que la Vierge Marie le garde", a-t-il dit, avant de réciter un Notre-Père et un Je vous Salue Marie.

Le pape, qui a pris le nom de François en hommage à l'humble Saint de l'Eglise, une première dans l'histoire de la papauté, a invité les fidèles à "entreprendre un chemin de fraternité, d'amour" et d'"évangélisation". Puis il leur a demandé de se recueillir en silence: "Priez pour moi et donnez-moi votre bénédiction avant que l'évêque (de Rome qu'est le pape, ndlr) vous bénisse".

"Prions toujours les uns pour les autres et pour le monde, pour qu’il y ait une grande fraternité", a lancé celui qui était jusqu'à présent archevêque de Buenos Aires.

Alors que la foule scandait son nom en italien "Francesco Francesco", il a prononcé la rituelle bénédiction en latin "Urbi et Orbi" (à la ville et au monde). Reprenant la parole, il a ensuite de nouveau demandé "de prier pour lui". "Demain je veux aller prier la Vierge pour qu'elle protège Rome", a-t-il dit avant de souhaiter aux fidèles en liesse: "bonne nuit et bon repos".

François Ier a téléphoné à Benoît XVI et célébrera sa messe inaugurale mardi

Le nouveau pape argentin, François Ier, a téléphoné mercredi soir à son prédécesseur, le pape émérite Benoît XVI, qu'il "rencontrera dans les prochains jours", et célèbrera sa messe inaugurale mardi prochain.

Dans un bref point de presse, le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi, a donné d'autres rendez-vous du nouveau pape de 76 ans, élu par le conclave mercredi soir.

Son premier déplacement aura lieu jeudi matin, quand il se rendra dans la basilique romaine Sainte-Marie Majeure, pour prier la Vierge Marie. Ce sera un déplacement très privé, a indiqué le porte-parole.

Jeudi après-midi, le pape argentin célébrera une messe avec l'ensemble des cardinaux dans la Chapelle Sixtine, et vendredi matin il leur donnera audience dans la Salle Clémentine au Vatican.

Samedi, il recevra tous les journalistes et les responsables de la communication dans la grande salle d'audience Paul VI.

Dimanche, il prononcera son premier Angelus sur la place Saint-Pierre.

Le compte Twitter papal rouvre avec l'élection de François 1er

L'élection de François 1er mercredi soir a entraîné la réouverture du compte Twitter papal, @pontifex, fermé depuis la démission de Benoît XVI: "Habemus Papam Franciscum", annonce sobrement en latin le nouveau pape, soit littéralement "Nous avons un pape, François".

@pontifex, le compte Twitter de Benoît XVI en neuf langues, avait fermé, après deux mois et demi d'existence, simultanément avec sa démission le 28 février à 20 heures.

Ce compte avait attiré depuis son lancement le 12 décembre quelque 2,5 millions de "followers", dont plus d'un million et demi en anglais. Les tweets ont été traduits en italien, espagnol, allemand, français, portugais, polonais, arabe et latin. La dixième langue devait être le chinois.

Le pari audacieux du tweet de Benoît XVI avait été très discuté au Vatican et dans l'Eglise. Pour ses partisans, il s'agissait pour le chef de l'Eglise catholique d'entrer en dialogue avec les jeunes générations et leur porter le message de l'Evangile. Mais, pour d'autres, le pape s'exposait inutilement sur Twitter, recevant de nombreuses critiques, insultes et plaisanteries scabreuses, sans pouvoir répondre.