International

Ils n’ont pas attendu très longtemps. Quelques heures à peine après l’attaque du quartier de l’Opéra, la droite et l’extrême droite ont relancé le débat sur les "fichés S". "On apprend une nouvelle fois que le terroriste serait fiché S, a tweeté Marine Le Pen. A quoi peut bien servir cette fiche S si on ne s’en sert pas pour mettre ces bombes à retardement hors d’état de nuire sur le sol français ?" Laurent Wauquiez a eu de son côté une réaction semblable à celle de la patronne du FN. "Nous exigeons que le président de la République et le gouvernement mettent en place les mesures qui s’imposent, dont la possibilité d’interner de manière préventive les individus fichés les plus dangereux", a réclamé dimanche le président des Républicains, dans un communiqué.