International

L’effondrement d’un immeuble en construction en plein centre de Nairobi a fait au moins dix morts et environ 200 blessés lundi, alors qu’un nombre indéterminé de personnes était coincé dans les décombres et que les secours s’organisaient dans une extrême confusion.

«Apparemment, l’effondrement est dû à la médiocrité des normes de construction » du bâtiment, a déclaré un inspecteur de police, Matthew Limo.

«Sept personnes sont mortes sur les lieux du drame, et les sauveteurs ont réussi à sortir vivants 18 personnes des décombres », a déclaré Farid AbdulKadir, responsable des opérations de catastrophe à la Croix-Rouge kényane.

«Les chances d’en sauver d’autres diminuent », a-t-il ajouté.

Trois autres personnes sont aussi décédées à l’hôpital, a-t-on appris de sources hospitalières.

Un nombre inconnu de personnes était encore enseveli dans les décombres en début de soirée, selon la police. Au moins une cinquantaine de maçons et autant d’autres ouvriers se trouvaient sur le chantier lorsque l’immeuble s’est effondré vers 14h40 (11h40 GMT), ont affirmé des témoins et la police.

«Plusieurs personnes sont encore coincées au niveau du sous-sol de l’immeuble. Ces personnes disent qu’elles manquent d’oxygène », a expliqué Calvince Omondi, un volontaire travaillant sur le lieu de l’effondrement.

Selon la police kényane et des télévisions, plus de 200 personnes, dont des passants, ont été blessées.

«La plupart des blessés sont des travailleurs et des passants », a précisé un policier. Plusieurs heures après le drame, une extrême confusion et un vacarme assourdissant régnaient sur les lieux de l’effondrement dans le centre d’affaires de Nairobi, assiégé par des milliers de personnes.

Alors que des ambulances convergeaient sur les lieux de l’effondrement, les policiers, l’armée et des sapeurs-pompiers ont eu du mal à contenir la foule de curieux.

«Notre équipe sur place a des problèmes pour accéder au lieu de l’effondrement à cause de la confusion », avait expliqué Farid AbdulKadir. «Le site de l’effondrement est un chaos total. Ce que font les équipes de secours est très inapproprié et très dangereux », avait-t-il ajouté.

«Les gens se déplacent trop près des restes de l’immeuble, qui peuvent tomber à tout moment et tuer » d’autres personnes, a-t-il prévenu.

Cependant, en début de soirée, un cordon de sécurité efficace a finalement été mis en place, et seuls les forces de sécurité et les sauveteurs étaient autorisés à accéder aux décombres.

Des sauveteurs, équipés notamment d’engins de déblaiement, tentaient de dégager des personnes encore coincées sous d’énormes blocs de pierres et de béton correspondant aux étages de l’immeuble. A la tombée de la nuit, ils travaillaient avec un seul projecteur et quelques torches, à l’aide de pioches et scies à métaux.

Le 5 décembre 2005, un fort séisme avait secoué plusieurs pays d’Afrique de l’Est et des Grands Lacs, dont le Kenya. Les principaux immeubles du centre-ville de Nairobi avaient été évacués dans la précipitation. Des fissures étaient apparues sur certains immeubles, mais aucune victime n’avait été signalée au Kenya.