International

Selon "The Independant", des chercheurs danois du Sea War Museum Jutland ont pu localiser l’épave d’un sous-marin allemand qui aurait pu exfiltrer les derniers dignitaires nazis après l’effondrement du 3e Reich. Et non des moindres puisque depuis 1945, d’aucuns prétendent mordicus qu’Adolf Hitler avait pu quitter le bunker berlinois avant l’assaut final soviétique. Fin avril, début mai 1945, les chefs nazis n’avaient qu’une issue pour échapper aux Russes : partir par la mer, par ses grands fonds s’entend…

Pour ce pari un peu fou, ils disposaient du U-3523, un sous-marin qui pouvait rester immergé plus longtemps que les autres. Son autonomie devait permettre de rejoindre l’Amérique du Sud sans escale.

L’armée britannique avait affirmé qu’elle avait coulé ce sous-marin le 6 mai 1945 mais on ne le retrouva jamais. Or des chercheurs du Sea War Museum Jutland l’ont repéré. L’épave était dans le détroit de Skagerrak, à 18 km au nord de Skagen, au Danemark. L’équipage du bombardier B24 Liberator l’avait neutralisé mais s’était trompé sur sa position, le situant à 16 km de son "cimetière".

Reste qu’on ignore toujours qui était dans le U-3523... Les chercheurs ne peuvent affirmer que des meneurs nazis se trouvaient à bord. Quasi-certitude : le sous-marin était en fuite lorsqu’il fut touché. Les chercheurs ont toutefois précisé que "personne ne sait si l’Argentine était la destination du sous-marin, ni même si l’U-boot avait des objets de valeur ou des passagers à bord en plus de l’équipage de 58 personnes, qui ont péri à 123 mètres de profondeur".

Le doute subsiste car deux autres sous-marins allemands ont rejoint l’Argentine après la guerre. A savoir l’U-530 et l’U-977. Mais seul l’équipage était à bord.