International

L'ORGANISATION TERRORISTE basque ETA a envoyé de nouveaux courriers à des chefs d'entreprise basques, dont pour la première fois des petits commerçants, pour les contraindre à payer un «impôt révolutionnaire», selon le journal basque «El Correo». Ces lettres ont été adressées cet été et réclamaient de 6000 à 18000 €, selon des sources dans les services de la lutte antiterroriste. Pour la première fois, certains destinataires sont des commerçants qui ne font pas de gros chiffres d'affaires. Les sources du journal attribuent cette nouveauté aux «problèmes que pourrait rencontrer l'ETA dans la collecte».

© La Libre Belgique 2005