International

Le président du Conseil européen Donald Tusk envisage la création de centres en dehors de l'UE pour distinguer rapidement les personnes éligibles à l'asile et les migrants économiques qui ne peuvent y prétendre, ressort-il d'un projet de conclusions qu'il a fait parvenir aux chefs d'Etats et de gouvernement européens dans la perspective du sommet des 28 et 29 juin.

Cette proposition, avancée par M. Tusk pour sortir de l'impasse sur la question migratoire, est un "potentiel game-changer", d'après un diplomate européen.

Ces "plateformes régionales de débarquement" permettraient d'accueillir des personnes sauvées en mer alors qu'elles essayaient de rejoindre l'UE. Elles seraient gérées en coopération avec le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Le document ne précise toutefois pas où elles se situeraient. Une source européenne a néanmoins précisé qu'elles étaient envisagées "en dehors de l'UE" sans donner plus de détails.

La Tunisie et l'Albanie sont régulièrement citées comme étant susceptibles d'accueillir de telles installations. Le secrétaire d'Etat belge à l'Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), avait d'ailleurs récemment suggéré de ramener les migrants secourus en mer vers le pays du Maghreb pour ensuite les trier. Une idée similaire avait aussi été avancée dès 2016 par le dirigeant ultranationaliste hongrois Viktor Orban.

Outre la création de ces "plateformes", Donald Tusk propose aux dirigeants de renforcer les moyens financiers consacrés à la lutte contre la migration illégale et d'offrir un soutien plus important aux garde-côtes libyens. Il souligne aussi la nécessité d'une coopération accrue avec des pays d'origine et de transit des migrants, pour éviter de connaître à nouveau un afflux comparable à celui de 2015.

Les "plateformes de débarquement" seraient destinées aux migrants qui, malgré toutes ces mesures, tenteraient la traversée de la Méditerranée et seraient "secourus dans le cadre d'opérations de recherche et de sauvetage".

Les chefs d'Etat et de gouvernement se pencheront en détail sur les propositions de M. Tusk lors du sommet des 28 et 29 juin. Ils aborderont également l'épineuse question de la réforme du règlement de Dublin, pierre angulaire du régime d'asile européen.

Après trois ans de palabres, les 28 Etats membres de l'UE ne sont en effet pas parvenus à s'accorder sur une réforme de ce texte, dont les failles ont été révélées lors de l'afflux massif et soudain de migrants dans l'Union en 2015.

Ce règlement, qui détermine l'Etat membre responsable d'une demande d'asile dans l'UE, fait pour l'heure peser une pression démesurée sur les pays de "première entrée", en particulier l'Italie et la Grèce. Les chances qu'un compromis se dégage sur ce point lors du sommet semblent toutefois infimes, pour ne pas dire inexistantes.