International

L'ancien archevêque australien Philip Wilson, condamné à un an de détention pour avoir couvert des abus pédophiles, n'ira pas en prison, un tribunal lui ayant accordé mardi de purger sa peine à domicile. 

En mai, Philip Wilson, alors archevêque d'Adélaïde, 67 ans, avait été reconnu coupable d'avoir dissimulé les abus commis dans les années 1970 par Jim Fletcher, prêtre pédophile notoire, dans la région de Hunter, en Nouvelle-Galles du Sud, en s'abstenant de dénoncer les accusations portées contre lui.

M. Wilson était l'un des ecclésiastiques les plus hauts placés dans la hiérarchie catholique mondiale à se trouver condamné pour de tels actes. Le pape a accepté fin juillet sa démission.

Le tribunal de Newcastle, au nord de Sydney, l'avait reconnu coupable d'avoir caché un crime grave passible de poursuites commis par une autre personne et l'avait condamné à 12 mois d'emprisonnement, sans possibilité de libération anticipée avant six mois.

Le juge Robert Stone avait renvoyé à mardi sa décision sur le déroulement de sa peine. Il a annoncé mardi que l'ancien archevêque n'aurait pas à la purger derrière les barreaux. Les médias locaux rapportent que l'état mental et physique de M. Wilson ainsi que son âge étaient entrés en ligne de compte.

Dans le cadre de son assignation à résidence, dont on ignore où elle se déroulera, M. Wilson devra porter un bracelet électronique, rapporte le Newcastle Herald.

Le juge avait relevé en mai que "le condamné n'avait témoigné aucun remords ni contrition", selon le groupe de médias ABC.