International

Les opposants à Kadhafi, déjà maîtres de l'est de la Libye, gagnent aussi du terrain à l'ouest : Zouara (120 kms à l'ouest de Tripoli) est désertée par la police et les militaires, selon des réfugiés arrivés à la frontière tunisienne. De plus en plus isolé, Mouammar Kadhafi a accusé Al Qaïda de manipuler les jeunes manifestants, dans une conversation téléphonique diffusée à la télévision depuis un endroit non idenfifié.

La communauté internationale accentue ses pressions sur le dirigeant libyen, et s'inquiète de la catastrophe humanitaire que pourrait entraîner l'exode de dizaines de milliers de personnes. Depuis lundi, plus de 30.000 Tunisiens et Egyptiens ont fui la Libye, selon l'Organisation internationale des migrations.

20H35 - Pétrole: pas d'affolement - "Nous sommes en contact avec l'Agence internationale de l'énergie et nous avons la capacité de réagir en cas de rupture d'approvisionnement" en pétrole liée à la crise en Libye, déclare le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney.

20H30 - "Apocalyptique" - Le 19 février a été une journée "apocalyptique" à Benghazi, racontre Gérard Buffet, médecin français dans cette ville, rapatrié à Paris. "Des avions sont passés sur Benghazi et ont tiré dans les rues, à l'arme lourde. Ils envoyaient même des roquettes. C'était un carnage".

20H15 - "Négligence" - Des Tunisiens ont bloqué jeudi pendant une demi-heure le principal poste frontalier tuniso-libyen de Ras Jedir pour protester contre la "négligence" du gouvernement de transition face à l'afflux de réfugiés venant de Libye, indique à l'AFP une source syndicale.

20H10 - Appel franco-américain - Barack Obama a appelé Nicolas Sarkozy à propos de la Libye et les deux présidents ont de nouveau exigé ensemble "un arrêt immédiat de l'usage de la force", annonce l'Elysée, ajoutant que la France souhaitait une nouvelle réunion urgente du Conseil de sécurité de l'ONU.

19H58 - Commande controversée- La commande d'un paquebot par la compagnie libyenne GNMTC aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire "est toujours en vigueur", assure leur directeur général. L'un des fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, est l'un des principaux dirigeants de la GNMTC. Selon la section FO de STX, "l'intervention de l'Etat a été fortement déterminante pour l'obtention de cette commande par la société GNMTC". La CGT navale se dit préoccupé par cette commande "à risques".

19H41 - Coordination - Barack Obama va appeller Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron. Objectif: coordonner leurs actions pour mettre fin à la répression en Libye.

19H32 - Expulsion - Les Etats-Unis "souhaitent l'expulsion de la Libye du Conseil des droits de l'homme de l'ONU", déclare le porte-parole du département d'Etat.

19H20 - Char abandonné - A Benghazi, épicentre de la contestation, un millier de manifestants sont rassemblés devant le tribunal local, devenu quartier général de l'insurrection. Certains d'entre eux campent dans des tentes, pendant que des enfants jouent dans un char abandonné.

19H05 - Prisonniers - Dans un école de la localité "libérée" d'al Baida, à 1.300 km à l'est de Tripoli, les opposants à Kadhafi détiennent environ 200 de ses partisans. Parmi les détenus se trouvent des Tchadiens. Selon des journalistes étrangers, les captifs seraient bien traités, les rebelles leur ayant fourni des couvertures et des cigarettes. Auparavant, des habitants avaient raconté comment des miliciens avaient été exécutés, après de violents combats dans la ville.

18H57 - Avoirs gelés - La Suisse bloque "avec effet immédiat" les avoirs que Mouammar Kadhafi et son entourage pourraient détenir dans la Confédération.

18h22 - Au menu - Les ministres de la Défense de l'Union européenne vont évoquer ce soir la crise libyenne lors d'un dîner de travail près de Budapest, qui devait être consacré aux opérations européennes en Somalie et dans les Balkans. Ils en parleront à nouveau demain matin avec le secrétaire général de l'Otan, le Danois Anders Fogh Rasmussen.

18:54 - La Suisse bloque les avoirs éventuels de Kadhafi et de son entourage

18:05 - "Aux mains du peuple" - La ville de Zouara, dans l'ouest de la Libye, aurait été désertée par la police et les militaires. "C'est le peuple qui tient la ville" témoigne un ouvrier. Mais une fois le soleil couché, dans les rues, les combats continuent entre opposants et partisans de Kadhafi. Femmes et enfants restent terrés à la maison. Les magasins sont fermés. Des banques incendiées.

"éléments concordants" pour une enquête sur des crimes contre l'humanité

L'ambassadeur français chargé des droits de l'homme, François Zimeray, a estimé jeudi qu'il y a des "éléments précis et concordants pour une enquête pour crimes contre l'humanité" en Libye, évoquant un bilan non confirmé supérieur à 1.000 morts.

17H32 - "Sans pitié" - Mouammar Kadhafi est "sans pitié", titre l'Osservatore Romano, le quotidien du Vatican. Le journal fait état d'"informations dramatiques qui, si elles étaient confirmées, offriraient le tableau épouvantable de massacres contre la population civile" perpétrés par les forces armées, y compris l'aviation. Il juge aussi "préoccupant que les terroristes d'Al-Qaïda pour le Maghreb islamiste s'infiltrent dans la révolte en Libye".

17H07 - Exécutions sommaires - Le secrétaire général de la Ligue libyenne des droits de l'Homme accuse des membres des comités révolutionnaires de Kadhafi d'exécutions sommaires dans les hôpitaux de Tripoli. "Ils ont fait irruption dans les hôpitaux de Tripoli et ont tué des blessés qui avaient manifesté contre le régime. Ils ont emporté les cadavres pour les faire disparaître, peut-être les faire brûler, parce qu'ils savent que les journalistes étrangers se rapprochent".

16H53 - Afrikiyah Airways sur la sellette - Un groupe d'une vingtaine de Libyens manifeste à l'aéroport international de Malte pour exiger l'arrestation du président de la compagnie aérienne libyenne Afrikiyah Airways, contrôlée par le gouvernement. Ils l'accusent d'avoir acheminé des mercenaires en Libye. "Nous voulons montrer au gouvernement maltais que cet homme est un criminel", déclare l'un des manifestants. De légères échauffourées avec les forces de l'ordre se sont produites.

Dix morts et des dizaines de blessés dans l'assaut contre Zawiyah

Dix personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées jeudi dans l'assaut donné par les forces de sécurité libyennes contre la ville d'Al-Zawiyah (60 km à l'ouest de Tripoli), selon un bilan provisoire publié par le journal libyen Quryna.

Citant son correspondant à Al-Zawiyah, le journal basé à Benghazi a affirmé dans son édition en ligne que "dix personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées dans l'attaque menée ce matin par les bataillons de sécurité". "Les blessés ne peuvent pas atteindre les hôpitaux en raison de tirs nourris dans toutes les directions", a ajouté le journal.

16H35 - Des Français rapatriés exténués - Des salariés d'entreprises françaises qui étaient en poste à Tripoli et viennent d'atterrir à Roissy racontent leurs dernières journées éprouvantes sur place. "Je suis très fatigué, soulagé mais très fatigué", explique Christian Lainé, en poste "dans le BTP" depuis deux ans à Tripoli. Les yeux rougis, il décrit un "sentiment total d'isolement". "La nuit, on entendait des +boum+ mais je n'ai rien vu, même si j'ai été arrêté plusieurs fois à des checkpoints par des gens armés jusqu'aux dents". "On ne pouvait plus communiquer, ni en France, ni à Tripoli. J'ai eu peur de ne pas pouvoir rentrer", ajoute-t-il, avant de préciser: "on va attendre que la situation s'améliore et à la première occasion, j'y retourne".

16H30 - Assaut sanglant contre Zawiyah - L'assaut des forces de sécurité libyennes contre la ville de Zawiyah aurait fait 10 morts et des dizaines de blessés, selon le bilan provisoire tiré par un journal libyen.

l'UE mobilise ses moyens militaires pour évacuer ses ressortissants

L'Union européenne a commencé jeudi à mobiliser ses moyens navals militaires pour évacuer ses quelque 6.000 ressortissants qui se trouvent encore en Libye, en situation de quasi-guerre civile et où une crise humanitaire est redoutée.

"Nous savons qu'il y a encore 5.000 à 6.000 ressortissants européens en Libye qui ont besoin d'être évacués", a dit Raphaël Brigandi, le porte-parole de la commissaire chargée de l'aide humanitaire, Kristalina Georgieva. "Nous cherchons à obtenir un soutien naval y compris de navires militaires qui se trouvent sur zone" pour les évacuer, a-t-il dit.

15H35 - Mouammar Kadhafi affirme de nouveau que les manifestants impliqués dans les violences prennent de la drogue distribuée par des "agents de l'étranger". Au cours de son intervention audio à la téélvision libyenne, un bandeau en bas de l'écran indique que "le Guide de la révolution parle aux famille de Zawiyah", une ville située à l'ouest de Tripoli.

Les manifestants en Libye servent les intérêts de Ben Laden

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a estimé jeudi dans un message audio diffusé par la télévision libyenne que les manifestants servaient les intérêts du chef d'Al Qaïda Oussama Ben Laden, au dixième jour d'une révolte sans précédent en Libye.

"Ces gens n'ont pas de vraies revendications, leurs revendications sont celles de Ben Laden", a affirmé le colonel Kadhafi. "Le Guide de la révolution parle aux famille de Zawiyah", indiquait la télévision un bandeau en bas d'écran, affichant l'image d'un présentateur. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi devait s'adresser aux habitants de la ville de Zawiyah, à l'ouest de Tripoli, avait annoncé en début d'après-midi la télévision officielle libyenne.

Mardi, dans son premier discours public depuis le début de l'insurrection sanglante en Libye le 15 février, le colonel libyen avait juré de réprimer par le sang l'insurrection.

Berlin envoie trois navires de guerre pour évacuer ses ressortissants

L'Allemagne a envoyé deux frégates et un navire d'appui tactique pour évacuer ses ressortissants de Libye, a annoncé jeudi un porte-parole du ministère de la Défense. "La frégate +Brandenburg+, +Rheinland-Pfalz+ et le bateau d'appui tactique +Berlin+ sont actuellement en route vers le Golfe de Syrte (est de la Libye) pour appuyer l'évacuation des citoyens allemands", a-t-il précisé.

Sur ces trois navires se trouvent quelque 600 soldats, a-t-il encore ajouté. Le ministère des Affaires étrangères avait indiqué dans la matinée qu'il y avait environ 160 Allemands en Libye. La compagnie aérienne allemande Lufthansa a annoncé de son côté qu'elle suspendait ses vols réguliers vers Tripoli.

15H31 - Navires de guerre allemands - L'Allemagne annonce qu'elle a envoyé deux frégates et un navire d'appui tactique pour évacuer ses ressortissants.

15H23 - Agents de Ben Laden ? - Mouammar Kadhafi accuse les manifestants en Libye de servir les intérêts de Ben Laden.

15H15 - MOUAMMAR KADHAFI S'EXPRIME DANS UN MESSAGE AUDIO A LA TELEVISION LIBYENNE.

14H40 - On s'organise - Au poste-frontière tunisien de Ras Jdir, on dispatche les arrivants. Les Tunisiens rentrent les chez, les Egyptiens se rendent à l'aéroport de Djerba pour prendre un vol, les Marocains sont envoyés dans leur consulat, à Tunis. Plus de 800 Chinois attendent toujours de l'autre côté de la frontière pour des raisons administratives, explique le président du comité régional du Croissant-Rouge.

14H26 - Plus de vols réguliers - La première compagnie aérienne allemande, Lufthansa, suspend ses vols vers Tripoli, au moins jusqu'à dimanche inclus. Ce matin, Alitalia faisait une annonce similaire.

14H19 - Le baril flambe - Les cours du pétrole poursuivent leur envolée, toujours poussés par les troubles en Libye et la crainte d'un "effet domino" dans le monde arabe. Ce matin, le baril de Brent de la mer du Nord a frôlé les 120 dollars le baril. Vers 13H30, il s'échangeait à 114,79 dollars. Pour Vladimir Poutine, cette envolée des prix constitue une "menace grave" pour la croissance économique dans le monde.

14H09 - L'Otan n'interviendra pas - L'Otan n'a pas l'intention d'intervenir en Libye, prévient son secrétaire général, Anders Fogh Rasmussen.

14H00 - Témoigner - "Nous étions submergés", explique un médecin français de Benghazi lors d'un bref passage à Paris. "On recevait essentiellement des blessés par balles ou des gens écrasés par des voitures de miliciens qui jetaient leur véhicule dans la foule", raconte Naceur Benarab. "Quand j'étais dans l'avion qui me ramenait en France, des amis libyens m'ont appelé, m'ont supplié de dire au monde ce qui se passait".

13H56 - "Inacceptable" - La Russie et l'Union européenne jugent "inacceptable" le recours à la force contre les civils manifestants pacifiques en Libye, déclare le président de la Commmission européenne José Manuel Barroso, à l'issue d'une réunion avec Vladimir Poutine.

13H40 - Des milliers de Chinois - Les premiers Chinois évacués de Libye sont arrivés en Crète, rapporte un photographe de l'AFP. Pékin organise l'évacuation de quelque 15.000 de ses ressortissants. Plus de 30.000 Chinois travaillent en Libye dans la construction de chemins de fer, le pétrole et les télécommunications. Ils doivent être hébergés temporairement dans des hôtels.

13H30 - Prêter main forte - La Grèce est prête à examiner un appui naval militaire à des évacuations de Libye, comme l'a souhaité l'Union Européenne. Athènes a déjà dépêché une frégate au large de la Libye.

13H26 - Et les infirmières bulgares dans tout ça ? - "Kadhafi est perdu, un rétablissement durable de son pouvoir n'est pas possible", se félicite Snejana Dimitrova. Nassia Nenova est à l'unisson: "J'espère très fort que Kadhafi soit renversé". Boucs émissaires d'une affaire de contamination par le virus du sida en Libye, les cinq infirmières bulgares ont passé plus de huit ans en prison, avant d'être libérées en 2007.

13H24 - Ouvert aux journalistes - Le pays est désormais accessible aux journalistes "du monde entier", affirme Seif Al-Islam, fils de Kadhafi. Mercredi, le vice-ministre aux Affaires étrangères avait expliqué que les journalistes entrés illégalement en Libye étaient considérés "comme s'ils collaboraient avec Al-Qaïda".

13h23 - Les munitions visibles sur la photo publiée en première page du quotidien "Le Soir" ont été fabriquées au début des années 1980, c'est-à-dire avant l'embargo qui a frappé la Libye, a affirmé jeudi la FN Herstal dans un communiqué. Les munitions sont de calibre 7,62 mm, a expliqué la Fabrique Nationale. Aucune munition de ce calibre ne faisait partie de la commande passée par la Libye à l'entreprise liégeoise en 2009.

13h11 - Dépassé par les événements - "Ils ont besoin de médicaments, le système de santé est dépassé", s'inquiète la commissaire européenne à l'Aide humanitaire. A l'exception de la section locale du Croissant rouge, qui est débordée et ne dispense pas suffisamment de soins médicaux, il n'y a aucune structure.

13h10 - Plus de 30.000 Tunisiens et Egyptiens ont fui la Libye depuis lundi pour rentrer chez eux, a indiqué jeudi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui table sur des dizaines de milliers de personnes à assister aux frontières. "Les arrivées augmentent tous les jours. On est sur un schéma de plus de 30.000 personnes depuis lundi", a indiqué à l'AFP un porte-parole de l'OIM, Jean-Philippe Chauzy, précisant qu'il s'agit essentiellement de Tunisiens et Egyptiens rentrant chez eux. "On peut s'attendre à d'autres arrivées, de l'ordre de dizaines de milliers de personnes. Cela dépendra de la situation sur place", a-t-il ajouté.

12H35 - Évacuation - L'Union européenne cherche un appui naval militaire pour évacuer ses quelque 6.000 ressortissants qui sont toujours en Libye.

12H22 - Les blessés racontent - "Ils tiraient dans tous les sens dans le centre de la ville. Ils tiraient même sur ceux qui nous donnaient les premiers soins", témoigne un blessé à l'hôpital d'Al-Baïda.

12h27 - Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi va s'adresser sous peu aux habitants de la ville de Zawiyah, à l'ouest de Tripoli, a annoncé jeudi en début d'après-midi la télévision officielle libyenne. La télévision n'a donné aucune autre précision. Mardi, dans son premier discours public depuis le début de l'insurrection sanglante en Libye le 15 février, le colonel libyen a juré de réprimer dans le sang les protestataires qu'il a qualifiés de "rats".

12H02 - Objectif: libérer Tripoli - Réunion de protestataires à Al-Baïda, ville côtière à l'est de Benghazi. "Notre objectif est Tripoli, si Tripoli n'arrive pas à se libérer par lui-même", lance un homme. "On ne peut plus faire marche arrière. Même si nous mourrons tous, au moins nos enfants n'auront pas à vivre avec lui", Mouammar Kadhafi, lance un autre.

11H55 - Une autre ville tombe - A Zouara, à 120 km à l'ouest de Tripoli, c'est "le peuple qui tient la ville", racontent quatre témoins venant d'arriver en Tunisie. La police et les militaires ont déserté les rues.

11H47 - Tour de vis en Corée du Nord - Le régime stalinien de Kim Jong-Il tente de rendre encore plus hermétique l'accès aux informations étrangères. Des équipes de policiers anti-émeutes ont également été créées pour répondre à une éventuelle rébellion inspirée par le Moyen-Orient, selon le Daily NK, journal en ligne basé à Séoul .

11H39 - Le pétrole touché - La production d'hydrocarbures de l'italien ENI, premier producteur étranger en Libye, a été diminuée de plus de 50% à la suite de l'arrêt de certaines activités à cause des violences.

11H24 - Fuite - "Environ 5.000 Tunisiens, 171 Libyens, 22 Algériens, 28 Marocains" sont arrivés mercredi en Tunisie via le principal poste frontalier, rapporte le président du comité régional du Croissant-Rouge.

11H12 - Enlèvements - Deux filles de l'ex-chef du protocole de Kadhafi, Nouri El-Mismari, exilé en France, ont été enlevées à Tripoli. Elles ont été emmenées de force à la télévision pour démentir les propos de leur père qui s'est exprimé dans les médias notamment français, selon l'avocat de Nouri El-Mismari.

11H05 - Nouvel appel de l'UE - "Nous appelons à un arrêt immédiat de l'usage de la force contre les manifestants en Libye", demande le président de l'Union européenne, Hermann Van Rompuy.

10H57 - Tripoli déserté - Les rues de la capitale Tripoli sont quasi-désertes après une nuit troublée par des tirs nourris. A Al-Baïda, dans la région orientale riche en pétrole, tombée aux mains des opposants, les murs sont criblés de balles, stigmates de la violence des combats entre opposants et "mercenaires" à la solde du dirigeant libyen.

10H50 - Vols suspendus - La compagnie aérienne italienne Alitalia suspend tous ses vols réguliers à destination de Tripoli, en Libye, en raison de "l'aggravation de la situation".

10H30 - "Catastrophique" - Le ministre italien de l'Intérieur Roberto Maroni exhorte l'Europe à aider son pays à faire face à un risque de crise humanitaire "catastrophique" en Libye.

10H00 - "Derniers moments" - Le ministre français de la Défense Alain Juppé, souhaite "de tout coeur" que Mouammar Kadhafi "vive ses derniers moment de chef d'Etat". "Ce qu'il a fait, ce qu'il a décidé de faire, c'est-à-dire tirer à l'arme lourde sur sa population, est naturellement inacceptable", dit-il sur France Inter.