International

Quatre femmes yézidies qui devaient témoigner ce jeudi au Parlement européen à Bruxelles n’ont pas reçu de visas des autorités belges, suscitant la colère de son président, l’Allemand Martin Schulz, a appris La Libre Belgique. "Un incident absolument scandaleux", pestent ses services.

Parmi les quatre femmes venues d’Erbil, la capitale régionale du Kurdistan irakien, se trouvait la seule représentante yézidie au parlement irakien, Vian Dakhil (en photo). L’été dernier, celle-ci avait ému sur YouTube l’opinion publique internationale en suppliant les députés irakiens de sauver sa minorité pourchassée par l‘Etat islamique (EI) et menacée d‘un génocide.

La conférence qui devait avoir lieu ce jeudi a été annulée. Elle était mise sur pied par le Britannique David Campbell, du groupe des conservateurs britanniques (ECR), qui préside une commission chargée des relations avec l’Irak.

Selon nos informations, la délégation yézidie a été bloquée à Istanbul. D’Erbil, elle s’y était rendue le 18 mars avec l’espoir de repartir le 24 mars pour Bruxelles, munie de visas Schengen. Le consulat belge à Istanbul aurait donné son accord de principe à la délivrance de ces visas, mais n’a pas pu le faire directement, l’Irak étant couverte par l’ambassade de Belgique à Amman (Jordanie).

Après "une partie de ping-pong entre les Affaires étrangères et l’Intérieur", affirme une source au Parlement européen, l’Office des étrangers a finalement signifié le 24 mars au PE que le visa était refusé. L’avis n’est pas motivé, mais le fonctionnaire en charge du dossier se plaint de ne pas avoir réussi à joindre par téléphone les responsables du dossier au PE.

L’affaire est remontée jusqu’aux services du Premier ministre belge Charles Michel, mais il était trop tard. Les quatre femmes étaient reparties vers Erbil.

L’Office des Etrangers nous confirme que les visas ont bien été refusés par ses services. "Il y avait notamment un risque migratoire signalé par le consulat belge à Istanbul", explique Dominique Ernould, porte-parole de l’Office des Etrangers. "Parmi ces dames, il y avait une femme née en 1926 qui risquait de ne pas revenir au pays".

Outre la députée irakienne, la délégation comportait deux femmes yézidies victimes de l’Etat islamique et la mère de trois peshmergas tués dans les combats contre le mouvement terroriste.