International

Le patron de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé avoir annulé dimanche la nomination du président du Zimbabwe, Robert Mugabe, comme ambassadeur de bonne volonté, expliquant que cela était dans l'intérêt de l'agence de l'ONU après la controverse provoquée par sa décision.

"Au cours des derniers jours, j'ai réfléchi à la nomination de son excellence le président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'OMS pour (les maladies non transmissibles) en Afrique. En conséquence, j'ai décidé d'annuler cette nomination", a écrit dans un communiqué le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus .

Le choix du président Mugabe annoncé cette semaine par l'ancien ministre éthiopien des Affaires étrangères avait provoqué un tollé de critiques d'ONG dénonçant l'effondrement du système de santé zimbabwéen sous le régime Mugabe mais aussi de pays finançant l'OMS comme les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et le Canada.

M. Tedros, qui a pris la direction de l'agence en juillet, a ajouté dans son communiqué avoir "écouté attentivement" les critiques et parlé au gouvernement zimbabwéen.

"Nous avons conclu que cette décision était servait au mieux les intérêts de l'Organisation mondiale de la santé", a-t-il expliqué.

Le système de santé au Zimbabwe, comme beaucoup d'autres services publics, s'est effondré sous son régime autoritaire et répressif. La plupart des hôpitaux manquent de médicaments et d'équipements, les infirmières et les médecins sont régulièrement laissés sans salaires.

"C'est ridicule"

Le Canada avait réclamé l'annulation de la nomination du président Robert Mugabe comme ambassadeur de bonne volonté de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), que le Premier ministre Justin Trudeau a jugée "ridicule" et "absolument inacceptable". "Quand j'ai entendu parler de la nomination de Robert Mugabe par l'OMS, franchement j'ai cru à un mauvais poisson d'avril", a déclaré le Premier ministre canadien lors d'un point de presse à Edmonton dans l'Alberta (ouest).

"C'est absolument inacceptable et inconcevable que cet individu ait un rôle d'ambassadeur de bonne volonté de n'importe quelle organisation et encore moins de l'OMS (...) C'est ridicule", a ajouté M. Trudeau.

Dans un communiqué du ministère des affaires étrangères publié dans la soirée, le Canada avait "demandé l'annulation de cette nomination".

"Étant donné la gravité des violations des droits de la personne sous le régime Mugabe, une nomination de ce genre est inconcevable et inacceptable. Cela va à l'encontre des objectifs visant à protéger les populations les plus vulnérables au monde", a ajouté le ministère