International

L'ONU appelle en renfort cette légion universelle: elle lance mardi à Windsor, en Angleterre, avec l'Alliance des religions pour la conservation (ARC), fondée en 1995 par le Prince Philip, une initiative oecuménique à cinq semaines de la conférence climat de Copenhague.

Les responsables des neuf principales religions du monde - Baha'i, boudhistes, chrétiens, taoïstes, hindous, musulmans, juifs, shintoïstes et sikhs - seront accueillis par le Prince, le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et des représentants de la Banque mondiale et d'ONG environnementales. "Il s'agit d'adresser un signal fort aux gouvernements. Sans demander aux autres d'agir, mais en exprimant son engagement" en faveur du climat, indique Olav Kjorven, directeur au Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). "Près de 85% de la population mondiale adhère à une religion. Celle-ci peut mobiliser des milliards de gens, dans tous les domaines où elle intervient. Mais c'est aussi, à travers les rituels et les traditions, une autre manière de toucher les gens", ajoute-t-il.