L'UE va rouvrir les négociations d'adhésion avec la Turquie

AFP Publié le - Mis à jour le

International

Les Etats membres de l'Union européenne rouvrent mardi les discussions concernant l'adhésion de la Turquie. Pour la première fois depuis 2010, un nouveau chapitre des négociations va s'ouvrir. "C'est bien d'activer la dynamique, mais ne soyons pas aveugle, il reste encore beaucoup à faire", indique une source européenne. En juin, les ministres des Affaires européennes étaient tombés d'accord pour entamer un nouveau chapitre mais, sous la pression allemande, les négociations avaient été repoussées, notamment en raison de l'intervention musclées des services d'ordre turcs contre les manifestants de la place Taksim à Instanbul et à d'autres endroits du pays. La reprise des discussions avait été conditionnée au rapport sur la Turquie de la Commission européenne.

Ce "rapport sur l'élargissement" a été présenté mercredi dernier. Le commissaire européen Stefan Füle estime que le temps est venu de reprendre les discussions. "La Turquie a enregistré de nombreuses avancées depuis juin", analyse un diplomate qui suit le dossier de près depuis des années. "Des gestes clairs ont été posés sur le plan de la liberté d'expression et les services d'ordre (accusés d'avoir trop utilisé la force, ndlr) ont été poursuivis."

Lundi matin, les ambassadeurs des Etats membres ont tranché: on peut ouvrir un nouveau chapitre. Sauf incident, les ministres devraient confirmer mardi cette décision.

La Turquie est désireuse depuis des décennies d'un rapprochement avec l'Union européenne. La demande formelle d'adhésion a été déposée en 1987 et la Turquie est officiellement candidate à l'Union européenne depuis 1999. Sur les 35 chapitres de négociations, treize ont été ouverts et un seul a pu être bouclé. A l'automne 2010 la Belgique, qui présidait alors l'Union européenne, avait encore fait des tentatives pour rouvrir le chapitre "concurrence", en vain.

Le chapitre qui sera entamé maintenant concerne la politique régionale en Europe. "Un très petit chapitre, mais symboliquement important", souligne le diplomate. "Les chapitres concernant les droits fondamentaux, la justice et la liberté et la concurrence sont ceux qui sont vraiment importants."

Publicité clickBoxBanner