International

L'Union européenne devrait clairement manifester son soutien à la possible adhésion de l'Ukraine pour éviter que ce pays ne devienne la prochaine cible de la Russie, a estimé mercredi à Helsinki le commissaire européen à l'Elargissement, le Finlandais Olli Rehn.

"L'Ukraine pourrait être la prochaine cible des pressions politiques de la Russie, dont la doctrine pour ses proches voisins évoque la sphère politique", a déclaré M. Rehn dans un discours devant les ambassadeurs finlandais.

"Il est important du point de vue de la stabilité que l'UE envoie un signal politique clair que l'intégration de l'Ukraine à l'Union est possible si le pays poursuit son objectif de promotion de réformes conformément aux valeurs européennes", a-t-il ajouté.

Il a toutefois souligné que les discussions sur l'adhésion de l'Ukraine n'étaient "pas d'actualité" à ce jour mais "nous ne devrions pas dire 'jamais' à l'Ukraine".

M. Rehn a ajouté que le rythme des réformes de l'Ukraine pourrait ralentir si l'adhésion à l'UE n'était pas perçue comme une option possible. Les relations avec la Russie, important partenaire économique, constituent le plus grand défi de l'UE en matière de politique étrangère, comme le montre le conflit géorgien.

Plus tôt mercredi, le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner avait souligné que la Russie avait probablement "d'autres objectifs, "en particulier la Crimée, l'Ukraine, la Moldavie", soulignant que "c'est très dangereux".

Certains responsables européens avancent que les troupes russes pourraient viser la Crimée (sud de l'Ukraine) si le Président Viktor Iouchtchenko continue de soutenir ouvertement Tbilissi dans le conflit en Géorgie et de pousser pour l'adhésion à l'OTAN.

La Crimée était considérée comme un territoire russe jusqu'à ce que le dirigeant soviétique Nikita Khrouchtchev la cède en 1954 à Kiev en geste de bonne volonté.

L'Ukraine a imposé le 13 août des restrictions aux mouvements de la flotte russe de la mer Noire, basée en Crimée, s'impliquant indirectement dans le conflit russo-géorgien.