International

A un an et quelques jours de la date effective du Brexit, la Première ministre britannique Theresa May a enfin obtenu de ses pairs européens ce que Londres attendait avec impatience : une base de discussion pour l’avenir de la relation entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Les Européens semblent avoir définitivement fait leur deuil d’un revirement britannique concernant le Brexit. Ils ne désespèrent pas, en revanche, de convaincre Londres de revenir sur ses lignes rouges concernant le marché intérieur et l’union douanière. Le problème de la frontière entre l’Irlande et la province britannique d’Irlande du Nord - un des trois gros dossiers du processus de retrait - reste pendant.