International La Pologne peut répondre à la Commission d’ici le 20 mars.

C’est la sixième fois que nous sommes ici pour discuter de cette question." Emis par la Maltaise Roberta Metsola, du groupe du Parti populaire européen (PPE), ce constat en dit long sur l’obstination de Varsovie à défier l’état de droit, malgré les mises en garde répétées de l’Union. Ce mercredi, le Parlement européen s’est penché sur la décision de la Commission d’activer une procédure inédite, prévue à l’article 7 du traité de Lisbonne, pour ramener la Pologne dans le rang. "L’indépendance du système judiciaire polonais est essentielle si on veut que la Pologne soit forte et souveraine" , a insisté Frans Timmermans, après avoir exposé les raisons de la Commission d’enclencher ce mécanisme, encore jamais utilisé.