International

Le secrétaire exécutif de l'Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (Otice), Lassina Zerbo, a invité samedi la Corée du Nord à ratifier ce traité international pour "consolider le progrès" marqué par l'annonce de la fin des essais nucléaires nord-coréens.

Adopté par l'Assemblée générale de l'ONU en septembre 1996, le traité a été signé par 183 pays mais doit encore être ratifié par huit Etats détenteurs de la technologie nucléaire (Chine, Etats-Unis, Inde, Pakistan, Corée du Nord, Egypte, Iran et Israël) pour entrer en vigueur. "La Corée du Nord, avec les autres pays restants (...), devrait envisager de signer et ratifier le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires afin de consolider ce progrès", a écrit M. Zerbo dans un communiqué. 

Le chef de l'Otice (ou CTBTO en anglais), organisme basé à Vienne, a salué l'annonce de Pyongyang comme un "signal fort et un pas important dans la bonne direction". L'Otice dispose de plus de 300 stations de surveillance à travers le monde pour repérer les activités sismiques anormales ou les émissions de radioactivité signalant un essai nucléaire. Elle a ainsi détecté à plusieurs reprises une activité sismique "inhabituelle" en Corée du Nord lorsque Pyongyang a, dans le passé, annoncé avoir mené des essais nucléaires.

 "L'entrée en vigueur d'un traité juridiquement contraignant est le seul moyen de consolider le moratoire sur les essais nucléaires et est un pas essentiel vers l'objectif ultime: un monde exempt d'armes nucléaires", a ajouté M. Zerbo. La Corée du nord a annoncé samedi la fin des essais nucléaires et des tests de missiles intercontinentaux ainsi que la fermeture de son site d'essais atomiques, un geste aussitôt salué par le président américain Donald Trump, qui doit prochainement rencontrer le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un pour un sommet inédit.