International

Première Dame de Russie pendant les huit ans de la présidence de son époux Vladimir, Lioudmila Poutine a de très grandes chances de retrouver ce statut pour les douze ans à venir compte tenu du fait que M. Poutine ne semble plus cacher son intention de retourner au Kremlin. Toutefois, indépendamment de cette perspective, elle restait et reste de facto Première Dame de Russie dans la mesure où Vladimir Poutine y détient toujours le pouvoir réel.

Née à Kaliningrad (ex-Königsberg) dans une modeste famille d’ouvrier et de receveuse de bus, la future Mme Poutine a laissé à ses professeurs, condisciples et amis de l’époque le souvenir d’une fille douée, active et ambitieuse. Elle voulait devenir actrice et brillait dans tous les spectacles amateurs qu’on montait à son école. Son rêve était d’aller à Moscou pour faire des études dans une des écoles de théâtre de la capitale, mais elle a dû se contenter de l’Institut technique de Kaliningrad, pour l’abandonner après deux ans d’études. Lioudmila a exercé les métiers d’infirmière, de factrice à la poste et même de tourneuse-fraiseuse, avant de devenir hôtesse de l’air.

Finalement, au début des années 1980, elle est entrée à la faculté de philologie de l’université de Leningrad (actuellement Saint-Pétersbourg) pour y étudier la langue espagnole. C’est à cette époque que Vladimir Poutine, déjà membre des services de renseignement, apparaît dans sa vie.

Selon les aveux de Lioudmila, il n’a pas manqué d’employer ses méthodes professionnelles pour s’assurer de la fidélité de sa bien-aimée avant de lui faire une demande en mariage. Il a demandé à un de ses collègues, qui était pour Lioudmila un parfait inconnu, de faire à la jeune femme une cour assidue et de lui rapporter ses réactions jusqu’à la moindre nuance. Les résultats de cette provocation ont dû paraître satisfaisants au jeune Vladimir puisqu’il a décidé d’épouser Lioudmila, qui s’est montrée, sans le savoir, digne de sa confiance.

Vladimir et Lioudmila se sont mariés en juillet 1983. Entre 1986 et 1990, leur famille déjà enrichie de deux filles, Maria et Ekaterina, vivait en Allemagne de l’Est où Mme Poutine a appris la langue allemande en même temps que son mari. Pour des raisons évidentes, Lioudmila Poutine resta inconnue du public russe, jusqu’au jour où son époux fut nommé Premier ministre à la fin de l’année 1999, pour être bombardé quelques mois après Président de la Russie.

En tant que Première Dame de Russie, Lioudmila n’éveillait qu’une curiosité modérée des médias et de l’opinion russes. A la différence de Raïssa Gorbatcheva, qui irritait ses compatriotes soviétiques qui lui reprochaient son comportement "trop voyant" à leur goût, la simplicité et la modestie de Lioudmila lui ont permis de gagner la sympathie populaire qui, toutefois, n’a jamais approché celle dont jouissait son époux.

En tant que fondatrice du Centre de promotion de la langue russe, Mme Poutine menait une vie publique assez active, sans parler de sa participation en tant qu’épouse du chef de l’Etat aux nombreuses manifestations officielles en Russie et à l’étranger. Cela jusqu’à l’année 2007, quand l’unique apparition publique de Lioudmila eut lieu lors d’une visite officielle de Vladimir Poutine à l’étranger.

Depuis, la brusque disparition de Mme Poutine n’a été rompue qu’à deux occasions, quand elle a assisté avec son époux, en décembre 2008, aux funérailles du patriarche Alexiï, et en février 2009, à la cérémonie d’entrée en fonction de l’actuel patriarche Cyrille.

C’est à partir de cette époque que le sort de Lioudmila Poutine a commencé à attirer une attention de plus en plus soutenue de l’opinion et des médias russes qui, en l’absence de toute information, étaient condamnés à broder sur le thème du torchon qui aurait brûlé au sein de sa famille ou, plus rarement, à spéculer sur une soudaine dévotion de Mme Poutine, qu’on prétendait voir très souvent dans un des monastères de la région de Pskov.

Cette avalanche de cancans a débouché en fin de compte sur les suppositions jamais confirmées d’une liaison coupable de Vladimir Poutine avec la célèbre gymnaste russe Alina Kabaeva qui serait la cause d’un divorce avec Lioudmila. En octobre dernier - un an et demi après sa dernière apparition publique - les autorités russes, ont visiblement trouvé cette situation suffisamment gênante que pour devoir démentir les rumeurs sur ce divorce. C’est ainsi que la télévision a montré Vladimir et Lioudmila Poutine en train de répondre, dans une de leurs résidences dans la région de Moscou, aux questions des enquêteurs dans le cadre de la campagne de recensement de la population.

Certains médias moscovites ont soupçonné une mise en scène organisée spécialement pour entendre les époux confirmer qu’ils étaient toujours mariés. Or, même si c’était le cas, le fait que Mme Poutine continue à se soustraire à l’attention du public laisse planer des doutes sur son bonheur conjugal.