International

La plupart d’entre nous considèrent que la Commission européenne est la proie des lobbies, que ses directeurs reçoivent des dessous-de-table et que les industriels s’en donnent à cœur joie pour orienter à leur avantage les directives européennes. Pourtant, ce n’est pas l’avis de Daniel Guéguen, lui-même un ancien lobbyiste, et pas du moindre puisqu’il a représenté à Bruxelles les intérêts des fabricants de sucre et ceux des syndicats agricoles.

Ce Breton vient de publier un livre où il tente de démontrer que l’influence des lobbyistes a, au contraire, décliné depuis la mise en œuvre du Traité de Lisbonne en 2009.

Il estime que le processus de décision européen est devenu "opaque et antidémocratique" et se caractérise par trois tendances : l’accroissement de l’intergouvernemental, la bureaucratisation de la Commission, une légère et insuffisante augmentation des pouvoirs du Parlement européen. Selon lui, si les lobbyistes jouent encore un rôle actif à l’amorce des propositions de directives, ils perdent rapidement pied par la suite.

Dans son collimateur, Daniel Guéguen a notamment les "trilogues informels" où les trois institutions européennes marchandent en coulisses l’adoption des textes en première lecture. Or, 80 % des textes sont adoptés en première lecture actuellement, contre 25 % précédemment.

A cela s’ajoute la complexité de la mise en œuvre des décisions avec la juxtaposition de trois systèmes (procédures de réglementation avec contrôle, actes délégués et actes d’exécution). Bref, on l’aura compris, le système est si compliqué que même un lobbyiste y perd son latin.

"Conspiration des juristes" , se lamente Daniel Guéguen, lui-même diplômé en droit. Pour l’auteur, l’Europe a perdu en clarté car les décisions échappent aux ministres (qui se contentent de directives générales quand les détails, si importants, sont discutés en coulisses) et aux plénières du Parlement.

Le pouvoir se retrouve aussi dans les mains de "petits chefs" de la Commission européenne "qui ne veulent pas changer d’avis" .

Bref, un livre comme d’habitude décapant de Daniel Guéguen, qui est aussi professeur en comitologie au Collège d’Europe. Son bref passé de journaliste lui donne aussi de l’aisance à la plume dans une matière hautement rébarbative.

"Repenser le lobbying européen",par Daniel Guéguen, Europolitique/PACT European Affairs, avril 2013, 35 euros.