International La nouvelle était dans l’air depuis plusieurs semaines. Les autorités congolaises, peu désireuses de voir les Congolais de l’étranger, largement hostiles au pouvoir de Joseph Kabila, participer aux élections, avaient déjà laissé entendre qu’il serait "très difficile" d’organiser le vote de cette diaspora.