International

La Chine a autorisé cinq marques lancées par Ivanka Trump sur son territoire, soit quelques jours avant la levée par son père de restrictions frappant un groupe chinois. Une collaboration pointée du doigt.

Des couvertures pour bébés aux cercueils, la fille de Donal Trump souhaite proposer un large éventail d'objets à travers ses marques et cela, dans le monde entier. Ses ambitions ne cessent de s'agrandir et s'étendent jusqu'en Chine.

Le 7 mai dernier, la Chine a autorisé sur son territoire cinq marques lancées par Ivanka Trump. Une semaine auparavant, Donald Trump engageait un ton plus conciliant avec le géant des télécoms ZTE, frappé par des sanctions américaines. Cette entreprise était au cœur des négociations entre Pékin et Washington visant à éviter une guerre commerciale.

Selon la Citizens for Responsibility and Ethics in Washington (Crew), ces autorisations "soulèvent des questions éthiques potentielles".

Les intérêts de la famille Trump 

En ce qui concerne les opposants du président américain, ils doutent farouchement des intérêts de la famille Trump pour l'Amérique: "Nous ne savons pas si l'administration Trump prend ses décisions [par rapport à la Chine, NDLR] au profit de l'Amérique ou pour obtenir plus de marques et autres avantages pour la famille Trump", a ainsi résumé sur CNN Norm Eisen, ancien conseiller de Barack Obama et opposant farouche à Donald Trump.

Par ailleurs, les fonctionnaires chinois ont souligné que les autorisations sont traitées conformément à la loi.

La fille de Donald Trump a des intérêts commerciaux dans plus d'une vingtaine de pays sur la planète. Plus d'une vingtaine de marques sont dans l'attente d'être approuvées par l'Office des marques.