International

Le ministère américain de la justice a ouvert la voie mardi à des plaintes visant directement les fabricants et distributeurs d'opiacés accusés d'avoir encouragé leur surconsommation qui provoque la morts de milliers de personnes chaque année.

En décembre, une enquête du Conseil économique de la Maison Blanche (CEA) révélait que quelque 2,4 millions d'Américains étaient désormais dépendant des opiacés, une catégorie de stupéfiants englobant à la fois des médicaments antidouleurs délivrés sur simple ordonnance et l'héroïne, souvent mélangée avec des substances de synthèse.

"Plus de 50.000 Américains sont morts d'une overdose de drogue en 2015 dont 63% (33.091) en raison des opiacés. Le problème s'aggrave à un rythme alarmant avec un doublement des décès par opiacés en 10 ans et un quadruplement en 16 ans", avaient alerté les membres du CEA.

Mardi, le ministre de la Justice, Jeff Sessions, a indiqué que 180 Américains mourraient d'overdose chaque jour.

"Cette crise a diminué l'espérance de vie (des Américains) en 2015 et 2016 pour la première fois depuis des décennies", a-t-il commenté ajoutant que l'overdose était la cause principale des décès des moins de 50 ans aux Etats-Unis.

Le ministre a crée un groupe de travail chargé d'examiner toutes les plaintes d'Etat et locales contre les fabricants d'opiacés pour déterminer quelle aide pourrait être apportée aux plaignants.

Ce groupe de travail s'appuiera sur tous les outils déjà existants comme une "unité" spéciale mise en place en août 2017 pour rassembler les preuves de prescriptions abusives. Il travaillera aussi en étroite collaboration avec le ministère de la santé.

Dans le cadre de ce groupe, le ministère va par ailleurs déclarer "d'intérêt national" une procédure consistant à rassembler au niveau fédéral les centaines de plaintes déposées dans différentes juridictions à l'encontre des fabricants et distributeurs d'opiacés.

Le 23 janvier, la ville de New York avait par exemple déposé plainte devant la Cour suprême de l'Etat de New York contre les sociétés Purdue Pharma, Teva, Cephalon, Johnson&Johnson et Janssen.

Certaines économistes ont fait état d'un triplement des prescriptions d'opiacés ces 20 dernières années.

A titre d'exemple, les laboratoires ont livré 780 millions de comprimés en six ans en Virginie occidentale, un Etat de 1,8 million d'habitants dont le taux de décès par overdoses d'opiacés a bondi de 17% en 2015.

Fin octobre, le président Trump avait lui-même décrété la crise des opiacés "urgence de santé publique".