International

Deux ans après la fuite des premiers Panama Papers, la justice belge a pu pour la première fois avoir accès aux quelque 11 millions de documents provenant du cabinet panaméen Mossack Fonseca, révèlent jeudi les journaux Le Soir, De Tijd et le magazine Knack. Les enquêteurs et notamment le juge d'instruction Michel Claise se sont rendus la semaine dernière en Allemagne, qui a pu se procurer les Panama Papers. Il se sont renseignés sur un dossier: Experta, du nom d'une ancienne filiale luxembourgeoise du groupe franco-belge Dexia. Experta aurait été le client de Monsack Fonseca à commander le plus de sociétés offshore. Une instruction judiciaire a été ouverte et les locaux de Dexia et de la banque Belfius avaient été perquisitionnés en décembre 2017.

Le parquet de Bruxelles, en charge de l'instruction de l'enquête sur Experta, confirme qu'une commission rogatoire internationale a été envoyée en Allemagne, "pour solliciter des informations précises concernant des personnes identifiées" dans le dossier Experta. "Plus précisément, il a été demandé de voir si la banque de données Panama Papers détenue par les autorités allemandes contenait des informations utiles concernant l'instruction en cours", poursuit le parquet dans son communiqué. "Les autorités allemandes ont accepté de prêter leur concours et ont délivré l'information demandée par la Belgique."

Si le fisc a dû attendre deux ans pour consulter une partie des Panama Papers, il a néanmoins enrôlé 11,7 millions d'euros depuis avril 2016 grâce aux révélations. Une grosse centaine d'enquêtes sont toujours en cours, selon Le Soir.

Une nouvelle fuite de documents liés aux Panama Papers révèle par ailleurs le nom de 133 Belges, après les 732 noms de la première salve il y a deux ans. Parmi les "nouveaux" noms ne figurent pas de personnalités connues, mais certaines familles nobles dont un prince, précise De Tijd.