International

Le plus haut tribunal turc a rejeté le recours du principal parti d'opposition, le Republican People's Party's (CHP), contre la révision adoptée en mars de la loi électorale, rapporte jeudi l'agence de presse étatique turque, Anadolu. L'opposition soutenait que les changements adoptés pourraient entraîner une fraude lors des élections présidentielle et législatives cruciales du mois prochain. Le parlement turc a adopté en mars une série de changements radicaux dans les lois électorales, suscitant des protestations au sein de l'opposition.

Les modifications permettent notamment d'admettre des bulletins de vote dans des enveloppes ne portant pas les cachets officiels des bureaux de vote, légalisant une décision du corps électoral prise lors du référendum mené l'an dernier sur l'expansion des pouvoirs présidentiels.

Les changements permettent aussi aux forces de sécurité d'entrer dans les bureaux de votes si elles y sont invitées par un électeur et de déplacer des urnes des villages vers les centres de district.

Le comité électoral turc a annoncé plus tôt cette semaine que des urnes avaient déjà été déplacées dans 19 provinces, touchant 144.000 électeurs, selon Anadolu.

Le Parti démocratique des peuples (HDP), pro-kurde, a plaidé séparément, arguant que les urnes avaient été déplacées dans les régions où il bénéficie d'un soutien populaire.