International

Pour la deuxième fois depuis juin, un navire de guerre des Etats-Unis a heurté un navire marchand dans les eaux asiatiques. Dix marins sont portés disparus. La piste d’erreurs humaines au sein de l'équipage semble privilégiée.

La marine américaine à nouveau rattrapée par ses manquements

Les recherches, menées par des avions et bateaux dépêchés sur zone par Singapour, la Malaisie et les Etats-Unis, se poursuivent. Mais l’espoir de retrouver vivants les dix marins de l’USS John S. McCain est mince. Lundi avant l’aube, leur destroyer antimissiles, qui faisait route vers Singapour, est entré en collision avec le pétrolier Alnic MC près du détroit de Malacca. Le choc, survenu à 05h24, a été violent. «Des dégâts significatifs à la coque ont provoqué l’inondation des compartiments voisins, y compris les couchages, la salle des machines et la salle de radio», précise l’US Navy dans un communiqué. Les premières photos publiées sur Twitter montrent un trou béant dans la coque sur le flanc gauche du destroyer.

Outre les dix disparus, sans doute pris au piège dans des compartiments inondés, écrasés ou projetés en mer lors du choc, cinq membres d’équipage ont été blessés. Leur pronostic vital n’est pas engagé. Quatre ont été transportés par hélicoptère à Singapour, le cinquième a été traité à bord du navire. Aucune victime n’est à déplorer à bord de l’Alnic MC, un tanker battant pavillon libérien et pouvant transporter jusqu’à 30 000 tonnes de pétrole et de produits chimiques.

Nombreuses questions

(...)