International L'intellectuel musulman Tariq Ramadan, actuellement en détention après avoir été accusé de viols par deux femmes, doit désormais affronter une troisième plaignante qui affirme avoir été victime d'une dizaine de viols avec sévices entre 2013 et 2014. Cette Française musulmane d'une quarantaine d'années dit avoir été sous "l'emprise" du théologien suisse et avoir été violée en France, à Bruxelles et à Londres.

Comme les deux premières plaignantes, cette femme, qui a choisi le pseudonyme "Marie", décrit des rapport sexuels particulièrement violents et dégradants. Dans son cas, elle affirme avoir subi ces viols lors d'une dizaine de rendez-vous, le plus souvent dans des hôtels en marge des conférences à succès de l'islamologue de 55 ans.

Interrogé par Libération, un avocat présenté comme "proche de l’entourage de Ramadan" affirme que le théologien "préférera se laisser condamner pour viols en clamant que la justice l’abat pour des raisons politiques plutôt que de reconnaître qu’il a mené une double vie".

Nos confrères français relaient aussi les propos d'une "source proche du dossier qui a consulté l’ensemble de ces pièces". D'après cette source, dans cette troisième plainte, "il y a beaucoup de contenus, des milliers de pages d’échanges, des vidéos, des photographies. Ramadan ne pourra plus être dans le déni".