International

Le chef de la police judiciaire allemande a indiqué mercredi qu'un attentat à la "bombe biologique" avec de la ricine, un poison très puissant, avait été déjoué, à la suite de l'arrestation la semaine dernière d'un Tunisien à Cologne. "Il y a eu dans cette affaire des préparatifs concrets pour commettre un tel acte, avec une sorte de bombe biologique, et il s'agit en Allemagne d'une chose sans précédent", a déclaré Holger Münch à la radio publique allemande.

Il a indiqué que le suspect interpellé la semaine dernière avait commencé à produire de la ricine et que les enquêteurs disposaient d'éléments pointant en direction de liens avec l'organisation Etat islamique (EI).

"Les perquisitions ont montré que le suspect avait en effet déjà produit de la ricine", le poison d'origine végétale le plus violent connu à ce jour, a dit le chef de la police. Il est 6.000 fois plus puissant que le cyanure. Il s'agit d'une substance mortelle en cas d'ingestion, d'inhalation ou d'injection, et contre laquelle il n'existe pas d'antidote.

C'est la première fois que les autorités disent clairement qu'un attentat à la bombe remplie de ricine était en préparation dans ce dossier. La semaine dernière, lors de l'interpellation du Tunisien par les forces d'élite de la police allemande, la justice avait parlé de soupçons mais sans pouvoir aller plus loin.

"Nous avons trouvé un grand nombre de graines de ricine, permettant de produire" le poison, a souligné M. Münch, "ainsi que divers autres ustensiles nécessaires à la fabrication d'un explosif". Selon le parquet anti-terroriste allemand, un millier de graines ont été saisies au total.

L'objectif visé par ce projet d'attentat reste toutefois encore à déterminer, de même que d'éventuelles complicités dont le suspect aurait pu bénéficier.

L'homme de 29 ans, présenté sous le nom de Seif Allah H., avait été repéré "quelques mois" auparavant par les autorités et faisait l'objet d'une surveillance.

Le chef de la police nationale a indiqué que l'arrestation avait été permise grâce à la collaboration de "services de sécurité nationaux et internationaux". Selon des médias allemands, c'est la CIA américaine qui a averti en premier la police allemande, après avoir repéré les achats sur internet des substances devant servir à la fabrication de la bombe par le suspect.

En mai, les autorités françaises avaient aussi annoncé avoir déjoué un attentat à l'explosif ou à la ricine prévu à Paris. Un Egyptien de 20 ans avait été arrêté et incarcéré.

L'Allemagne est sur le qui-vive en raison de plusieurs attaques djihadistes perpétrées ou envisagées dans le pays ces dernières années.

La plus grave d'entre elles, survenue en décembre 2016, a été commise par un Tunisien de 23 ans, Anis Amri, auteur d'un attentat au camion-bélier sur un marché de Noël à Berlin. L'attaque, qui avait fait douze morts, avait été revendiquée par le groupe Etat islamique (EI).