International

"Bonjour ! Vous pouvez venir à notre voiture ?" Devant leur commissariat, deux policiers russes interpellent un supporter français et deux anglais sortant d’un bar. Ils ouvrent le coffre de leur voiture, y déposent casques et gilets pare-balles. "Nous aimerions faire un selfie avec vous" , lance l’un d’eux, kalashnikov en main, dans un anglais approximatif. Abasourdi, le Français, installé à Moscou, glisse discrètement : "On s’en rappellera après la Coupe du monde, je n’ai jamais vu ça" .

Depuis le début du Mondial, Moscou vit dans un état de grâce rarement vécu. Les Moscovites prennent goût à des instants de liberté inédits que l’on trouve dans des détails, des situations éphémères dont le caractère extraordinaire n’a échappé à personne. Sauf aux étrangers, venus le plus naturellement du monde célébrer le foot, fêter cette fameuse "amitié entre les peuples" à laquelle les Russes ont pris l’habitude de trinquer en éprouvant toutefois de plus en plus de difficultés à l’appliquer au quotidien.

(...)