International L'ambassadrice américaine à l'ONU a tiré la sonnette d'alarme lors du Conseil de sécurité qui s'est tenu en urgence, à la demande du Royaume-Uni, ce mercredi.

Nikki Haley en est convaincue, la Russie " est responsable " de l'empoisonnement, à l'aide d'un agent neurotoxique de "grade militaire", de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia. Pour rappel, l'ex-espion russe et sa fille avaient été retrouvés inconscients, sur un banc de Salisbury (Royaume-Uni), le 4 mars dernier.

"Elles pourraient être utilisées ici, à New York"

L'ambassadrice, selon laquelle " les Etats-Unis sont absolument solidaires du Royaume-Uni ", a notamment demandé à ce que des mesures soient prises rapidement. " Si nous ne prenons pas de mesures concrètes et immédiates pour y remédier, Salisbury ne sera pas le dernier endroit où nous verrons des armes chimiques utilisées. Elles pourraient être utilisées ici, à New York, ou dans les villes de tous les pays qui siègent à ce Conseil. C'est un moment déterminant. " Nikki Haley va plus loin et évoque la crédibilité du Conseil de sécurité. " Maintenant, un membre est accusé d'utiliser des armes chimiques sur le sol souverain d'un autre membre. La crédibilité de ce conseil ne survivra pas si nous ne tenons pas la Russie pour responsable. "

Hystérie

Face aux accusations, l'ambassadeur russe à l'ONU, Visaly Nebenzia, nie tout en bloc et a même déclaré qu' " une atmosphère hystérique est en train d'être créée par Londres ", avant de menacer " nous voudrions avertir que cela ne restera pas sans réaction de notre part. " La position russe est claire, il s'agit d'un coup monté afin d'influencer les élections présidentielles à venir et nuire à Vladimir Poutine. Et d'asséner, " si le Royaume-Uni est si fermement convaincu qu'il s'agit d'un gaz Novichok [de l'ère soviétique], alors cela signifie qu'il en a des échantillons et qu'ils disposent de la formule. Ils sont donc capables de le fabriquer. "

Haley a poursuivi son argumentaire en demandant à la Russie " de se montrer honnête " à propos de la tentative d'assassinat et de l'utilisation d'armes chimiques. " Si le gouvernement russe a cessé d'utiliser des armes chimiques pour assassiner ses ennemis; et si le gouvernement russe cessait d'aider son allié syrien à utiliser des armes chimiques pour tuer des enfants syriens; et si la Russie coopérait avec l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques en retournant toutes les informations relatives à cet agent neurotoxique, nous cesserions d'en parler. Nous ne prenons aucun plaisir à critiquer constamment la Russie, mais nous avons besoin que la Russie cesse de nous donner autant de raisons de le faire. "