International

La Russie a exprimé mercredi sa préoccupation concernant la volonté de Donald Trump de créer une force armée de l'espace indépendante de l'armée de l'air, craignant un "impact déstabilisateur" sur la sécurité internationale. "Le plus préoccupant dans cette annonce est que l'objectif a été clairement indiqué: assurer la domination dans l'espace", a estimé la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova, lors de son briefing hebdomadaire.

Lundi, Donald Trump a ordonné au département de la Défense et au Pentagone de commencer le processus nécessaire "pour établir une force spatiale comme sixième branche des forces armées". "Pour défendre l'Amérique, une simple présence dans l'espace ne suffit pas, nous devons dominer l'espace", a-t-il lancé.

Le renforcement du potentiel militaire dans l'espace "aurait un impact déstabilisateur sur la stabilité stratégique et la sécurité internationale", a mis en garde Maria Zakharova.

Pour la Russie, "l'exploration de l'espace à des fins pacifiques est prioritaire", a-t-elle souligné.

"Notre pays n'a pas intérêt à remplir de quelconques tâches dans l'espace en ayant recours à des moyens d'attaque", a insisté Mme Zakharova.

Donald Trump avait déjà indiqué qu'il était favorable à la création de cette sixième branche, aux côtés de l'armée de terre (US Army), l'armée de l'air (US Air Force), la marine (US Navy), le corps des Marines et les garde-côtes.

La Russie dispose d'une force spatiale, dépendant de l'armée de l'Air.

L'annonce de Donald Trump, qui nécessite le feu vert d'un Congrès divisé sur le sujet, intervient après des déclarations martiales de la part de Moscou et Washington faisant craindre une nouvelle course aux armements.

Lors d'un discours en mars, Vladimir Poutine avait vanté les nouveaux missiles nucléaires "invincibles" développés face aux projets de boucliers antimissiles américains en Europe de l'Est et en Asie.

Quelques jours plus tard, les deux présidents s'étaient entretenus par téléphone et s'étaient dits favorables à une coordination de leurs efforts afin de "limiter la course aux armements", selon le Kremlin.

Dans un contexte de vives tensions entre Moscou et Washington, l'espace est un rare domaine où les deux pays continuent de coopérer, notamment en participant à la Station spatiale internationale.