International

Pour la première fois en plus de 900 ans, le chef-d’œuvre médiéval qu’est la tapisserie de Bayeux pourrait quitter la France. Longue de plus de 68 mètres, cette broderie sur toile de lin relate en neuf panneaux l’invasion de l’Angleterre en 1066 par le duc de Normandie, Guillaume le Conquérant. Décrite comme l’ancêtre de la bande dessinée, elle peut aussi être considérée comme un symbole de l’histoire des relations belliqueuses entre la France et le Royaume-Uni. 

Et ce n’est bien sûr pas un hasard si c’est à ce pays que le président français Emmanuel Macron a décidé de prêter la tapisserie, le temps de la rénovation du musée de Bayeux. Outre une façon de cimenter les relations en plein Brexit, ce serait aussi un retour aux sources, puisque la tapisserie a probablement été réalisée à Canterbury (Kent) où existaient au XIe siècle des ateliers de broderie. 

Le prêt, envisagé après 2020, devrait être annoncé ce jeudi, lors d’un sommet franco-britannique à Londres. La Première ministre britannique Theresa May a déjà salué ce prêt "très significatif".

© DR