International

Le chef de la droite française a critiqué jeudi soir nos actuels billets d'euros. Pour Laurent Wauquiez, ils ne représentent pas assez nos "racines judéo-chrétiennes".

C'est la dernière idée en date du chef des Républicains en France. Jeudi soir, lors d'une intervention devant le cercle de réflexion Wilfried Martens Centre à Paris, il a vertement étrillé les illustrations présentes sur nos billets de banque en euros. Selon lui, il s'agit ni plus ni moins d'un symbole du manque d'identité de l'Union européenne qui n'assume pas "ses racines judéo-chrétiennes". 

"Je vais être impertinent, avertit-il au début de son intervention captée par le Huffington Post. Ce logo (de l'Euro, ndlr) est extraordinaire, les documents édités par l'Union européenne sont tous plus beaux les uns que les autres, mais il n'y a pas de chair. Il n'y pas d'âme. Il n'y a pas de culture. Il n'y a pas de civilisation. Il n'y a pas de littérature. N'oubliez jamais que la monnaie est le révélateur profond d'un choix politique. (...) Prenez votre billet d'euro et regardez-le. Pas de figure historique. Pas de Goethe. Pas de Shakespeare. Pas de Molière. Pas de Racine. Pas de Notre-Dame de Paris. Pas la Cathédrale de Milan. Mais des constructions théoriques parce qu'on n'a voulu fâcher personne. Aucune devise, pas d'histoire, ça ne peut pas tenir. Vous voulez faire tenir l'Europe, il faut des fondations. Il faut que nous assumions nos racines. Il faut que nous comprenions que l’humanisme européen, ce n'est pas ça (en visant le symbole de l'euro, ndlr). C'est autre chose de beaucoup plus profond. C'est un humanisme qui va plonger au cœur de nos racines judéo-chrétiennes dont nous sommes les héritiers."

L'explication sur le choix des monuments présents sur les billets de banque est effectivement celle donnée par le président des Républicains. A l'époque de la conception des euros, les illustrations ont été choisies sans lien véritable avec des réels monuments pour arriver à un consensus entre tous les membres de la zone euro. 

Les "racines judéo-chrétiennes"

Ainsi, selon Laurent Wauquiez, il faudrait remplacer ces monuments abstraits par des réels monuments issus de l'architecture et de l'histoire européennes au nom des "racines judéo-chrétiennes" de notre continent. Pendant longtemps, cette expression n'était pas celle de la droite française même si des politiciens comme Nicolas Sarkozy ou François Fillon y faisaient parfois référence. En revanche, le terme était davantage répandu dans les discours de Marine Le Pen qui lui préfère depuis peu l'expression "helléno-chrétienne" remplaçant de ce fait la référence aux Juifs par les Grecs. 

Laurent Wauquiez s'en prend régulièrement à l'Union européenne depuis sa prise de pouvoir du parti. Cette vision de la construction de l'Union fut d'ailleurs l'un des points de désaccord qui ont conduit au limogeage récent de Virginie Calmels, numéro deux du parti Les Républicains.