International Le petit royaume himalayen du Bhoutan est devenu vendredi le premier pays au monde à totalement prohiber la vente de tabac. L’Assemblée nationale du Bouthan a voté en juillet une loi prohibant le commerce du tabac dans l’ensemble du pays à compter du 17 décembre. Elle est entrée en vigueur vendredi, jour de fête nationale.

Dans un geste symbolique, le Premier ministre Yeshey Zimba a mis le feu à une pile de cigarettes à la fin d’un programme culturel, à l’occasion de la fête nationale dans la capitale, Thimphu.

Des annonces publiques ont rappelé l’entrée en vigueur de la loi aux milliers de badauds rassemblés pour les célébrations dans le stade de la ville. «Elles ont clairement énoncé le message du gouvernement sur le tabac», a expliqué à l’AFP le directeur général du ministère du Commerce Achyut Bandhari. «Les gens peuvent continuer de chiquer et de fumer du tabac tant qu’ils l’achètent hors du pays et qu’ils paient les taxes».

Depuis des semaines, le ministère du Commerce a multiplié les avis dans les media expliquant la décision du gouvernement et demandant à la population de soutenir cette initiative visant à réduire la consommation de tabac.

Les fumeurs peuvent toujours entrer dans le pays avec des cigarettes achetées à l’étranger mais ils devront payer une taxe de 100% sur le prix de vente, ainsi que 100% de droits de douane sur les produits du tabac. Ceux qui importeront des cigarettes d’Inde ne paieront que la taxe sur le prix de vente.

Les commerçants chez qui du tabac sera découvert devront payer une amende de 10.000 Nu (223 dollars). «Certaines personnes ont compris de travers qu’il s’agissait d’une interdiction de fumer. C’est seulement une interdiction de vente du tabac et des produits du tabac», commente un commerçant, Pema.

Thimphu, la capitale, est devenue le dernier des 20 districts à tomber sous le coup de cette loi qui a commencé à être appliquée le 11 novembre dans le district de Samdrup Jongkhar (sud-est).

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a beaucoup agi contre le tabagisme et soutient les initiatives du Bhoutan depuis longtemps. De nombreux Bhoutanais pensent que l’usage du tabac doit être découragé car ils estiment qu’il s’agit d’un stupéfiant affaiblissant les capacités mentales, selon un enseignement du bouddhisme dont la majorité de la population est adepte au Bhoutan.

Selon les autorités, seul 1% de la population fumait dans les années 90. «Globalement, on décourage les fumeurs depuis un certain temps pour des raisons sociales, spirituelles et sanitaires», explique un responsable du ministère du Commerce.

Le risque du marché noir existe. Mais «si on décourage les fumeurs et que l’on réduit les maladies liées au tabac, alors, en comparaison, l’émergence d’un petit marché noir est un petit prix à payer», estime un responsable de la santé.

A Thimphu, la plupart des fumeurs semblaient prendre la chose sans histoire. «Il me reste deux paquets de cigarettes. J’arrêterai de fumer quand je les aurai fini», dit Sonam Wangmo, fumeur depuis 10 ans. «Si je ne peux pas arrêter alors il faudra que je demande à des amis de m’en rapporter de l’étranger», ajoute-t-il.

Selon les statistiques de l’OMS, le tabac fait chaque année cinq millions de morts et ce chiffre va doubler dans les 25 années à venir si rien n’est fait pour freiner la consommation. Si le rythme actuel se maintient, le nombre de fumeurs dans le monde devrait passer de 1,3 milliard à 1,7 milliard en 2025.