International

Elle a des traits de madone, un corps d’enfant, porte une coiffure à nattes. 

Sur des clichés plus récents, elle apparaît en pyjama régressif, le visage tuméfié, dévoré par l’acide. Louba est avocate. Elle est l’une des femmes victimes d’attaques innommables qui sont encore légion en Ukraine, aux portes de l’Europe, comme ailleurs. Prise au piège d’une vengeance : sous le prétexte d’une livraison de fleurs, un homme de main lui a projeté de l’acide au visage, explique à Paris-Match l’époux de Louba, le réalisateur français Olias Barco, auteur notamment du film culte Kill me Please. Thriller baroque et fantasque, noir de noir, avec au casting Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners,Virginie Efira, et primé au Festival international du film de Rome en 2010.

Il raconte à nos confrères le passage dantesque que son épouse, lui et leurs proches traversent. Un basculement de vie qui évoque, tragiquement, un thriller du meilleur tonneau. Avec, en ligne réaliste, cet appel aux hommes de bonne volonté et aux Femen.

Le visage de Louba est détruit. Elle ne récupérera qu’une partie de sa vue. L’homme qui l’a attaquée à Dnipro, que l’on entrevoit sur des images de caméras de surveillance, est encore recherché. Une petite main qui aurait, selon Olias Barco, été commanditée par l’ancien époux de Louba, l’attaque ayant eu lieu un an jour pour jour après la séparation d’avec son ex-mari alors que Olias et Louba venaient de convoler et qu’un procès avait lieu pour la garde partagée de l’enfant du premier mariage de Louba. À mettre au conditionnel bien sûr, l’enquête étant en cours. La jeune femme est au service des soins intensifs dans un hôpital militaire ukrainien, sous surveillance policière, en attendant son transfert au Centre des grands brûlés de l’hôpital militaire reine Astrid, à Neder-over-Heembeek.

Dans un témoignage à lire sur Paris-Match.be, Olias Barco explique qu'il entend faire du cas de Louba et de sa lutte pour lui rendre un visage et un honneur, un symbole de la souffrance des femmes en général et d’un patriarcat qui sévit encore aux quatre coins du monde.