International

Le centre de crise est en train d'étudier si Carles Puigdemont, le président catalan destitué qui séjourne actuellement à Bruxelles, doit bénéficier de mesures de protection particulières, a indiqué mardi soir à l'agence Belga le porte-parole du centre de crise du SPF Intérieur, Peter Mertens.

"Le centre de crise décidera si des mesures sont nécessaires en fonction des informations de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (Ocam) ainsi que de l'observation globale de la situation", a souligné Peter Mertens. 

"Si des mesures doivent être prises, le centre de crise ne le fera pas savoir. Le centre de crise ne communique en effet jamais sur les mesures de sécurité qui sont prises pour des individus." Entre-temps, l'hôtel Chambord à Bruxelles a confirmé que Carles Puigdemont était bien l'un de ses clients. Plus tôt dans la journée mardi, un tribunal espagnol a convoqué le président catalan destitué et plusieurs membres de son gouvernement déchu en vue de leur inculpation après la déclaration d'indépendance de la Catalogne. 

Ils doivent se présenter ce jeudi à 9h00 à Madrid sous peine de se voir délivrer un mandat d'arrêt. 

L'avocat belge de Puigdemont, Paul Bekaert, qui travaille de concert avec un confrère catalan pour défendre le leader indépendantiste, a déclaré mardi à la chaîne privée flamande VTM qu'il ne pensait pas que son client envisage de retourner en Espagne dans les prochaines semaines.