International En 1866, il fut décidé de reléguer les lépreux d’Hawaii sur la péninsule isolée de Kalaupapa, à Molokai. Le père Damien s’employa à y améliorer le sort des malades et à leur rendre leur dignité. On le révère toujours. L’avenir de Kalaupapa fait aujourd’hui débat : avec la fermeture de la léproserie, l’enclave craint de perdre son âme.

Dans l’archipel d’Hawaii, Molokai est une île à part. Il ne faut pas longtemps, une fois débarqué du petit avion de neuf places qui vous y a amené au départ d’Honolulu, pour se demander si l’on est toujours aux Etats-Unis, si l’on n’est pas plutôt au bout du monde. Sur cette île de 7 000 habitants, qui fait quelque 60 km de long sur 15 de large, il n’y a que trois routes et une seule station-service, un unique hôtel (si l’on excepte l’un ou l’autre "condo" sur les plages de l’ouest) et deux ou trois restaurants, un bureau de poste et deux petits supermarchés dans le chef-lieu, Kaunakakai, qui est dépourvu de feux de signalisation.