International

Emmanuel de Merode, le directeur belge du parc congolais du parc des Virunga a été opéré mardi soir avec succès, a fait savoir le SPF des Affaires étrangères mercredi. M. De Merode avait été gravement blessé mardi par des hommes armés non-identifiés alors qu'il se rendait à bord de son véhicule 4X4 et sans escorte, de Goma à Rumangabo (dans l'est de la République Démocratique du Congo).

Les Affaires étrangères ont affirmé suivre la situation de près et ont appelé les autorités congolaises à enquêter. L'ambassadeur de Belgique au Congo se rendra mercredi au chevet du directeur du parc.

Dès que son état de santé le permettra, Emmanuel de Merode sera rapatrié en Belgique où il poursuivra sa convalescence.

Embuscade

Le conservateur du Parc national des Virunga, au Kivu (est du Congo), Emmanuel de Mérode, est tombé dans une embuscade, mardi après-midi, sur la route menant de Goma à Rumangabo. Il a été blessé à l’estomac et à la jambe, mais ses jours ne seraient pas en danger. L’attaque s’est déroulée en plein jour, ce qui est assez rare à cet endroit.

"M. de Mérode venait de déposer auprès du Procureur de la République à Goma un dossier compromettant, résultant de mois - voire d’années - d’enquête sur Soco International", a déclaré à "La Libre Belgique" le député François-Xavier de Donnea. Après avoir fait des pieds et des mains, Soco International a obtenu des autorités congolaises, en contravention avec les engagements internationaux du Congo, le droit de mener des explorations pétrolières à l’intérieur du Parc des Virunga. Cela a valu à Kinshasa les protestations de l’Unesco qui a classé le Parc au Patrimoine de l’Humanité, ainsi que de nombreuses ONG.

"Coïncidence troublante"

Le Parc des Virunga est le plus ancien d’Afrique. Il a été créé il y a plus de 80 ans avec le concours de la famille royale belge. Il abrite un nombre exceptionnel de variétés animales et végétales. Depuis quelques années à la tête du Parc, Emmanuel de Mérode s’efforçait de faire de la préservation de celui-ci un atout pour le tourisme, qu’il avait réussi à développer. Il essayait aussi d’associer le plus possible les populations riveraines à la conservation de ce patrimoine sans égal.

Soco International s’est fait remarquer à Goma par ses méthodes "musclées". "Il est très curieux", juge M. de Donnea, "que cette embuscade survienne justement au moment où Emmanuel de Mérode dépose ce dossier. C’est une coïncidence extrêmement troublante."

Et le député belge d’ajouter qu’il serait "temps que la justice britannique fasse la lumière sur les agissements de Soco".



Suite à la publication de cet article, nous avons reçu une demande de droit de réponse de la société SOCCO International. Le voici: