Le dissident chinois Hu Jia cible d'une perquisition de la police

Publié le - Mis à jour le

International

Le célèbre dissident chinois Hu Jia a annoncé jeudi que huit policiers s'étaient présentés à son domicile à Pékin, y avaient saisi des ordinateurs et l'avaient menacé de représailles s'il continuait à écrire des commentaires sur l'internet.

Les faits se sont produits mercredi soir dans l'appartement où vivent Hu Jia, son épouse et leur petite fille née peu avant son arrestation en 2007. La fillette et Hu Jia étaient présents lors du raid des forces de l'ordre, a indiqué le dissident qui a été libéré en juin 2011 après avoir purgé plus de trois ans de prison pour "tentative de subversion du pouvoir". Contacté par l'AFP, le commissariat de quartier a refusé de s'exprimer.

"Quand j'ai été arrêté la dernière fois (en 2007), un groupe d'individus a fait irruption chez moi comme hier, ils ont perquisitionné et fouillé les lieux, mais ma fille était âgée de seulement un mois et demi et elle ne se souvient probablement pas", a relaté à l'AFP Hu Jia.

"Mais aujourd'hui elle a 4 ans, elle comprend mieux et je suis inquiet que ces agissements d'adultes affectent cette enfant innocente", a-t-il poursuivi.

L'opposant de 38 ans, célèbre pour sa lutte en faveur des droits de l'Homme, des victimes du sida ou de l'environnement, a l'habitude de mettre en ligne des commentaires qui sont propagés sur les réseaux sociaux.

Il a pourtant l'interdiction de "s'exprimer publiquement" et la police chinoise l'a récemment averti qu'il serait de nouveau détenu s'il continue son militantisme et parle encore à la presse étrangère.

Selon des observateurs indépendants, les autorités communistes chinoises vont en 2012 renforcer leur étau sur les dissidents et leur contrôle sur tous les médias, alors qu'une nouvelle génération de dirigeants arrive à l'automne au pouvoir.

Publicité clickBoxBanner