International

Elles sont élues mais ne verront jamais Strasbourg. Les eurodéputées FN Joëlle Bergeron et Jeanne Pothain, respectivement numéro deux sur la liste FN des circonscriptions Ouest et Massif Central-Centre, cèdent leur place à des hommes, rapporte le quotidien français Le Parisien. Un choix, vraiment ?

Officiellement, la première s'en va de sa propre initiative pour désaccord avec les instances nationales du parti, tandis que la seconde arrête pour maladie. Mais des voix dénoncent des démissions programmées du parti...

Le quotidien de la région Ouest France parle d'une "demande" express de Marine Le Pen pour expliquer le départ de Joëlle Mergeron.  Pour expliquer cette possible éviction, il rappelle sa position en faveur du vote des étrangers aux élections locales, à contre-courant des ténors du FN.

Lex-candidate s'en est tenue à une déclaration formelle pour expliquer sa démission : "Je reste cohérente, je démissionne de mon poste de députée européenne, de conseillère municipale et je quitte le parti", précisant, ne pas vouloir porter préjudice au Front national." Mais un quotidien local, le Télégramme rapporte qu'elle aurait confié en "off" la combine:"Cela avait été décidé avant les élections, mais je ne pensais pas qu'il le mettrait en pratique. Je pensais que la parité serait respectée. Ils m'ont appelé le dimanche soir puis ce matin, je suis choquée ".

Par ailleurs, dans la circonscription Massif Central-Centre, Jeanne Pothain pourrait être remplacée par Philippe Loiseau "pour raisons de santé". Des ennuis de santé dont souffre la candidate depuis le début de la campagne et qui n'ont pas pour autant poussé le FN à modifier la liste. De quoi semer aussi le doute et donner l'impression que le parti a voulu contourner une fois encore la loi de la parité.