International

Quand Deng Xiaoping imagina en 1982 la rétrocession de Hong Kong à la Chine sous la bannière "Un pays, deux systèmes", et qu’il promit par conséquent à l’ex-colonie britannique "un haut degré d’autonomie" pendant cinquante ans à compter du transfert de souveraineté en 1997, il pensait que la Chine ferait tellement de progrès en un demi-siècle que le fossé entre la mère patrie et la métropole portuaire serait progressivement comblé, en termes non seulement de convergence économique (la Chine se faisant chaque jour plus capitaliste), mais également d’évolution politique (Hong Kong, où l’accord négocié entre Londres et Pékin prévoit la future élection au suffrage universel du chef de l’exécutif et du Parlement, pouvant servir de laboratoire démocratique).