International

Les autorités américaines estiment que le journaliste Austin Tice, enlevé en Syrie en août 2012, est toujours vivant. Cette révélation a été faite par Robert O’Brien, lors d’une rare conférence de presse de ce responsable chargé par le président Trump des délicates affaires d’otage .

La conférence avait pour but de booster le financement d’une campagne pour le libérer. En avril, le FBI a promis un million de dollars à qui donnerait une information permettant le retour du journaliste dans sa famille. La campagne, menée notamment par Reporters sans Frontières, vise à doubler la mise.

Austin est un homme fort, athlétique, ” a dit M. O’Brien. « Nous avons toutes les raisons de croire qu’il est vivant. Nous pensons qu’il est encore captif en Syrie ».

Austin Tice, un ancien capitaine de la Marine, a été l’un des premiers journalistes occidentaux à être enlevé en Syrie. Originaire de Houston (Texas) et aujourd’hui âgé de 37 ans, il était parti en Syrie en 2012 pour couvrir la rébellion contre le régime de Bachar al-Assad. Il avait écrit des articles pour le Washington Post et le réseau des McClatchy Newspapers avant de disparaître dans la banlieue de Damas, à Darayya.

Un mois plus tard, une vidéo de 47 secondes était apparue sur le Net le montrant les yeux bandés aux mains de ses kidnappeurs. Amené sur un sommet rocailleux, on le discernait suppliant : « Oh Jésus ! Oh Jésus ! » Certains observateurs avaient mis en doute le scénario d’un rapt par un groupe de djihadistes, estimant que le journaliste se trouvait alors détenu par les autorités syriennes. Celles-ci affirment ignorer où le journaliste se trouve.

Les autorités américaines, qui ont une vingtaine de ressortissants otages dans le monde, refusent d’en dire plus, notamment pour protéger la sécurité d’Austin Tice. Mais Robert O’Brien demande à la Russie et à l’Iran de faire tout ce qu’ils peuvent pour obtenir la libération du journaliste. Les deux pays soutiennent activement le gouvernement syrien.