International

Le nouveau ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a estimé lundi que l'UE, du fait de ses prises de position sur le Brexit, prenait le risque d'une rupture à long terme avec Londres.

"En ce qui concerne le Brexit, il existe désormais un risque réel de ne pas parvenir, par accident, à un accord", a t-il déclaré à la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue allemand, Heiko Maas, à Berlin à l'occasion de son premier déplacement à l'étranger.

"Je crois que beaucoup de personnes au sein de l'UE pensent qu'il suffit d'attendre suffisamment longtemps pour que les Britanniques fléchissent les premiers, or cela ne se produira pas", a t-il affirmé.

Jeremy Hunt, qui a succédé à Boris Johnson après sa démission du gouvernement en juillet, estime que si les négociateurs européens "ne changent pas d'approche", les liens économiques et sécuritaires entre son pays et l'UE, risquent une détérioration à très long terme.

"Ma vraie inquiétude est que l'attitude de l'opinion publique britannique soit modifiée pour toute une génération et que cette faille dans nos relations entache le grand partenariat que nous avons eu pendant tant d'années et qui a été si décisif pour maintenir l'équilibre mondial", a déclaré le chef de la diplomatie britannique.

L'issue des discussions sur le Brexit qui sont censées déboucher sur un accord de divorce d'ici à la fin octobre, avant la séparation prévue pour le 29 mars 2019, reste encore incertaine.

Londres et Bruxelles disent vouloir aboutir à un accord mais tous deux se préparent à l'éventualité d'un échec des négociations.

La Première ministre britannique Theresa May a présenté mi-juillet son livre blanc dans lequel elle propose de maintenir un commerce de biens sans entrave avec le continent, un plan qu'elle doit vendre à l'UE tout en affrontant la colère de nombreux membres de son parti conservateur qui veulent une rupture plus franche des liens avec Bruxelles.