International Vatican Il célèbre le centenaire des apparitions sur ce lieu marial pas comme les autres.

Comme ses prédécesseurs, le Pape se devait de se rendre à Fatima, surtout en cette année jubilaire. La Vierge serait apparue en 1917 dans ce qui était alors un village rural à 130 km au nord de Lisbonne. Elle s’y serait manifestée à trois jeunes bergers, Lúcia Dos Santos, Francesco et Jacinta Martos, à partir du mois de mai jusqu’en octobre, le 13 de chaque mois, sauf au mois d’août où elle est apparue le 19 août. François y canonisera Francesco et Jacinta, décédés en 1918 lors de l’épidémie de la grippe espagnole et béatifiés par Jean-Paul II en 2000 à Fatima. La béatification de Lúcia, décédée en 2005, qui devint sœur carmélite à Coimbra, est en cours.

Des apparitions stimulant la foi

Paul Mandy qui a enseigné à l’UCL connaît bien le Portugal et l’environnement de Fatima, s’intéressant à son message depuis les années quarante. En 1957, il avait accédé à des textes originaux du message. "Précision : les apparitions mariales ne constituent pas des éléments de la foi chrétienne fondée sur les révélations divines qui ont pris fin avec les écrits du Nouveau Testament. Ce sont donc des apparitions dites privées". Mais les lieux mariaux ont pris une grande place dans la vie chrétienne.

"L’authenticité des apparitions privées doit être approuvée par la hiérarchie de l’Église. C’est le cas de Fatima. Ces apparitions ne complètent pas la foi, n’y ajoutent rien mais sont un stimulant pour vivre plus intensément la foi. Comme elles renforcent la foi des fidèles et qu’elles renvoient toujours à la foi unique révélée, on peut les considérer comme crédibles. On ne peut pas sous-estimer ces foules qui manifestent tant de ferveur et de vénération à l’égard de Marie par les pèlerinages porteurs de paix et de consolation." Pour Paul Mandy, " si l’on croit vraiment à la vie glorieuse de la Mère de Dieu au ciel - foi bimillénaire de l’Église -, il serait impensable qu’elle ne manifeste jamais sa présence face à tant de misères et de souffrances dans le monde". Paul Mandy insiste encore sur un aspect très riche du message de Fatima : "Lourdes est centrée sur les malades, Fatima s’oriente vers la paix. Et ouvre l’horizon sur les "signes des temps" chers à Jean XXIII et au concile Vatican II. D’où l’insistance sur les prophéties de Fatima même si elles sont de moins en moins dans l’air du temps". Pourtant l’Ancien Testament est comme une grande prophétie : la venue de Messie. Puis le Christ a lui-même prophétisé la destruction de Jérusalem par les Romains.

Jean-Paul II se reconnut dans la vision symbolique

Certaines prophéties de Fatima étaient étonnamment concrètes. "Les apparitions surviennent au moment de la prise de pouvoir du communisme athée en Russie qui a persécuté et martyrisé les chrétiens. Marie n’a cessé de demander aux petits bergers prière, pénitence et conversion pour éviter ces catastrophes."

"A-t-on entendu sa voix céleste ? Si oui, disait-elle, ‘la Russie se convertira et on aura la paix; sinon elle répandra ses erreurs à travers le monde provoquant des guerres et des persécutions contre l’Église. Les bons seront martyrisés, le Saint-Père aura beaucoup à souffrir, diverses nations seront détruites. À la fin, mon Cœur immaculé triomphera. Le Saint-Père me consacrera la Russie qui se convertira et il sera concédé au monde un certain temps de paix’. Or Jean-Paul II a consacré la Russie à la Vierge en 1984 et rendu publique la 3e partie du secret de Fatima en 2000. Dans leur vision intérieure - symbolique, pas photographique - les trois enfants voyaient ‘un évêque vêtu de blanc’ souffrant et gravissant une montagne au milieu des ruines et des morts, accompagné d’autres évêques, prêtres et fidèles. Au sommet, il y avait une grande Croix devant laquelle il priait et s’effondrait, tué par un groupe de soldats. Jean-Paul II se reconnaissait dans ‘l’évêque vêtu de blanc’. Il lui parut que, lors de l’attentat contre lui du 13 mai 1981 dont l’origine remonte, semble-t-il, à Moscou, il y avait ‘une main maternelle qui guida la trajectoire du projectile et le pape agonisant s’arrêta au seuil de la mort’. Il avait offert le projectile au sanctuaire de Fatima, mais l’évêque du lieu l’a incorporé dans la couronne de la Vierge."

La conclusion ? Il y a eu la chute du communisme et une ouverture religieuse en Russie; par contre, la paix reste lointaine.