International

Le parlement canadien a adopté à l'unanimité une résolution jeudi reconnaissant la répression violente contre la minorité musulmane apatride rohingyas en Birmanie comme "un acte de génocide". La résolution s'inscrit dans le droit fil des conclusions d'une mission d'observation de l'ONU qui avait estimé que des crimes contre l'humanité avaient été commis en Birmanie envers cette population marginalisée.

La résolution canadienne reconnait les "actes horribles", entrepris par la junte militaire du pays asiatique, comme un génocide et demande au Conseil de sécurité de l'ONU de porter la situation devant la justice internationale.

La résolution demande aussi que les hauts représentants de l'armée birmane fassent l'objet d'une "enquête et soient poursuivis pour génocide".

La résolution ne cite toutefois par la cheffe de gouvernement de facto Aung San Suu Kyi, qui est une citoyenne honoraire du Canada, un statut qu'elle partage avec Nelson Mandela, le Dalaï Lama, Aga Khan et Malala Yousafzai.

Des groupes de défense des droits de l'homme au Canada ont demandé que ce privilège soit retiré à l'ancienne lauréate du Prix Nobel de la paix pour son silence au sujet des violences imposées aux Rohingyas.

Une réunion ministérielle en marge de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU est prévue la semaine prochaine pour traiter de la situation en Birmanie.